Covid-19 : des passagers de Saint-Pierre et Miquelon soumis à un test de dépistage à leur arrivée à Paris

coronavirus saint-pierre (spm)
aeroport roissy charles de gaulle
©Fyodor Borisov / licence CC

Incompréhension pour des voyageurs en provenance de Saint-Pierre et Miquelon à leur arrivée sur Paris ce dimanche 31 janvier. Ils ont été dans l'obligation de se soumettre à un test antigénique à l'aéroport et à une septaine, malgré des spécificités locales les exemptant de ces mesures.

Une vingtaine de passagers en provenance de Saint-Pierre et Miquelon en transit à Montréal a dû se soumettre à des mesures auxquelles ils ne s'attendaient pas. Ils ont été obligés de réaliser un test antigénique dès leur arrivée à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle. Ils doivent aussi se soumettre à une septaine sur le territoire métropolitain.

Ces mesures ne s'appliqueraient pas pour les résidents de l'archipel

 

Selon le communiqué de la préfecture de Saint-Pierre et Miquelon en date du 8 décembre 2020 " la préfecture souhaite rappeler que les passagers en provenance de l’archipel ayant transité par Montréal ne sont réglementairement pas soumis à un test PCR à leur arrivée à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle ". 

A lire aussi : Quels sont les motifs impérieux pour voyager vers la France ?

Une attestation datée du 8 décembre 2020 est aussi en ligne sur la page Facebook du préfet de l'archipel. Cette attestation stipule que "afin de remédier aux difficultés récemment rencontrées, l'ancien préfet de l’archipel, Thierry Devimeux, et la préfète déléguée auprès du préfet de police pour la sécurité et la sûreté des plates-formes aéroportuaires de Paris-Charles de Gaulle, du Bourget et de Paris-Orly, Sophie Wolfermann ont établi une attestation spécifique à l’attention des voyageurs. Cette attestation leur sera remise par Air Saint-Pierre au moment de l’embarquement à Saint-Pierre" .

Cette décision a été prise lorsque l'ancien préfet de Saint-Pierre et Miquelon était encore en fonction dans l'archipel. Elle est toujours en vigueur.

 

Malgré cette attestation et les explications des passagers de Saint-pierre et Miquelon auprès de la sécurité civile et de la police aux frontières, les voyageurs ont tout de même dû se soumettre aux mesures nationales.

"Ils n'ont rien voulu savoir. Pour eux ce papier n'existe pas et ils nous ont mis dans la file de ceux qui n'avaient pas fait de test PCR au préalable"

Samuel Monod, résuident de Saint-Pierre et Miquelon

 

Par ailleurs, selon le témoignage de Samuel Monod, "un des agents de la protection civile nous a assuré qu'il avait contacté la préfecture de Saint-Pierre et Miquelon et que la préfecture lui aurait dit de nous soumettre au test ".

A lire aussi : Tests PCR : un nouvel automate à l'hôpital de Saint-Pierre pour augmenter les capacités d'analyse

Contactée, la préfecture confirme qu'elle "n'aurait jamais tenu de tels propos" et nous a également fait part "de son incompréhension, assurant que tous ses services sont mobilisés pour éclaircir cette situation et trouver une solution d'ici samedi prochain ".

Le point sur la situation avec Anastasia Laguerra.