Saint-Pierre et Miquelon : à la place de l'Echo des Caps, la mairie de Saint-Pierre projette d'installer une "Micro-Folie"

économie saint-pierre (spm)
Micro Folie

Après 39 ans d’existence sous plusieurs formules, la mairie de Saint-Pierre a décidé de cesser la parution de son journal l’Écho des Caps. Mais l’équipe municipale a déjà d’autres projets culturels sous le coude.

"C’était vraiment le journal de proximité, explique Tania Urtizbéréa, première adjointe au maire de Saint-Pierre en charge de la culture. A l’époque on avait peu de moyens d’informations donc c’était le journal qui nous tenait au courant de ce qu’il se passait."  A Saint-Pierre, la mairie s'est donc résolue à mettre fin à l'aventure débutée 42 ans auparavant, de l'édition d'un journal municipal, devenu un fardeau financier sans pour autant rencontrer un nouveau lectorat. Mais la nouvelle équipe municipale est décidée à offrir un nouvel avenir aux locaux bientôt libérés qui hébergeaient l'Echo des Caps.

 

De nouveaux projets culturels à venir

L'exécutif municipal souhaite "rebondir avec un projet culturel qui sera sûrement plus d’actualité", précise Tania Urtizbéréa. Il s’agit d’une Micro-Folie, un musée numérique considéré comme un espace culturel de proximité.

Notre souhait était de développer un beau projet culturel intergénérationnel où les gens allaient pouvoir se rencontrer. 

Tania Urtizbéréa

 

Découvrez en images la "Micro-Folie" d

ont l'installation est programmée par la Mairie de Saint-Pierre en lieu et place de l'Echo des Caps.

 

 

La mairie de Saint-Pierre ambitionne de faire de ce musée numérique un "outil d’éducation artistique et culturelle par excellence." L’intérêt est aussi de pouvoir avoir une plus grande offre culturelle. "Il y a tellement de possibilités à offrir, par thème et que sais-je encore, qu’on aura toujours envie d’y revenir", estime Tania Urtizbéréa.

 

Retrouvez l'intervention de Tania Urtizbéréa au journal télévisé du 10 mars : 

 

"On aurait pu imaginer plein d’autres formules" pour tout de même préserver le journal municipal, avoue Tania Urtizbéréa. Mais confrontée au manque de personnel, la mairie a dû se résoudre à tourner la page de ce projet.

La vraie question est venue ensuite, sur le coût de l’Écho des caps, sur ce qu’on peut en faire… La réflexion nous a très vite amené à nous dire qu’aujourd’hui l’Écho des Caps n’avait pas l’impact qu’on aurait souhaité qu’il ait au sein de la population.

Tania Urtizbéréa