Vaccination contre la Covid-19 : l’hôpital de Saint-Pierre prend le relais

coronavirus
hopital saint-pierre
©SPM la 1ère

Le centre hospitalier François Dunan accueille depuis le 11 mai les volontaires à la vaccination contre le coronavirus. Ce dispositif restera en place jusqu’au mois de septembre. L'objectif est de continuer de rendre accessible la vaccination au plus grand nombre. 

À partir de vendredi, plus aucune injection ne sera possible dans les deux centres de vaccination de l’archipel, à savoir les salles des fêtes de Saint-Pierre et celle de Miquelon. Pour les personnes désirant se faire vacciner, n’ayant pas pu le faire lors de la campagne de vaccination massive ou ayant changé d’avis, il faut désormais se rapprocher du centre hospitalier François Dunan.

Le personnel hospitalier mobilisé

 

39 personnes se sont rendues à l’hôpital pour recevoir leur première injection mardi 11 mai. La configuration du parcours vaccinal est similaire à celle adoptée dans les deux centres de vaccinations.”L’objectif est de favoriser la vaccination du plus grand nombre, explique Fabrice Lambruscini, le directeur du centre hospitalier. On a une chance inouïe d’avoir l’ensemble des doses pour l’ensemble de la population.

À lire aussi : Saint-Pierre et Miquelon en passe de devenir l'un des premiers territoires à achever sa campagne de vaccination

Le directeur de l’hôpital souligne aussi l’engagement du personnel soignant, fortement mobilisé depuis le début de la campagne de vaccination. “C’est beaucoup de travail, lorsque vous voyez le dispositif qui a été mis en place par le Dr Laamel”, reconnaît-il.

Tous ceux qui le souhaitent sont invités à venir au CHFD à partir de la fermeture du centre de vaccination au centre-ville.

Fabrice Lambruschini


Le 11 mai, près de 70% de la population de l’archipel avait déjà reçu une première injection du vaccin Moderna. Un dispositif similaire doit aussi voir le jour à Miquelon. À noter également que la vaccination est gratuite pour tout le monde à Saint-Pierre et Miquelon, même pour les étudiants au Canada, qui ne sont plus couverts par la caisse de prévoyance sociale. 

Le reportage de Claudio Arthur et Allison Audoux :