Transport maritime : Les retards d'approvisionnement agacent les commerçants de Saint-Pierre et Miquelon

transports
nolhanava transport maritime
Image d'illustration ©SPM la 1ère
Plus de 24 heures de retard pour l'approvisionnement en produits frais de Saint-Pierre et Miquelon. L'entreprise en charge de l'acheminement met en cause une météo défavorable. Les commerçants, eux, pointent du doigt une rotation annexe, au Canada.

Des produits frais directement jetés à la poubelle, des heures supplémentaires pour alimenter les rayons mais surtout l'absence de marchandises sur les étals. Ce sont les conséquences du retard du Nolhan Ava. 

À lire aussi : Transport maritime : le nom de l'entreprise lauréate du nouveau marché est connu

Le bateau d'approvisionnement de Saint-Pierre et Miquelon est arrivé mardi soir au lieu de lundi matin. Et ce contre-temps inquiète et agace les commerçants. Certains produits frais ne peuvent s'accomoder d'un temps supplémentaire en container. 

Compte tenu des millions d'euros versés pour la desserte maritime, il est anormal que Saint-Pierre et Miquelon soit desservi en second.

Marcel-Christophe Dagort, directeur du supermarché de Saint-Pierre

 

Le navire réalise des déplacements entre Halifax, où les marchandises pour le territoire sont chargées, Argentia à Terre Neuve et Saint-Pierre et Miquelon.

Une triangulaire déjà critiquée par le passé. Les commerçants dénoncent un déplacement qui n'entre pas dans la délégation de service public, la DSP.

Que dit le contrat de DSP ?

 

Cette DSP fait l'objet d'un contrat conclue entre l'État et le prestataire TMSI, à hauteur de 7 millions d'euros annuels versés à l'entreprise. Le délégataire peut réaliser un déplacement à Terre Neuve. Il s'agit d'un service annexe hebdomadaire, autorisé dans le contrat.

Mais le Nolhan Ava doit desservir l'archipel le lundi matin. Seule exception : si les conditions météorologiques ne le permettent pas. Raison avancée par le prestataire pour le retard de ce début février 2022. Une situation qui doit cependant être justifiée. En cas de perte, les commerçants peuvent réclamer des indemnités. 

Reportage Anastasia Laguerra et Jérôme Anger

©saintpierreetmiquelon