wallis & futuna
info locale

Grande marée exceptionnelle... ou pas?

environnement wallis
Grande marée
Le platier découvert sur des centaines de mètres. Certains îlots reliés par des bancs de sable
Ce n'est pas la première fois qu'une grande marée découvre de vaste zones recouvertes par les eaux. Mais cette fois, l'ampleur du phénomène suscite la curiosité. La ligne des eaux bleues profondes du lagon se dessine parfois à des centaines de mètres. 
"Pour une période de nouvelle lune, j'ai remarqué que la marée est excessivement basse. J'ai remarqué un changement ici même à Halalo" note Apolosio Kavauvea, un habitant de Halalo. Il constate : "J'ai vu des points qui étaient imergés. Aujourd'hui ils sont à découvert. Dieu sait pourquoi la mer est si basse. Je pense que ce n'était pas arrivé depuis les précédents cyclones."

Une vaste zone de "marnage"

Appareils-phoitos en bandoulières, les photographes s'en donnent à coeur-joie. Le platier totalement découvert, la marque colorée du bleu-lagon des eaux profondes, à quelques centaines de mètres, les points blancs des ramasseurs de coquillages. L'ancrage des anciens pontons se devine sous une faible épaisseur d'eau. La grande marée est devenu un spectacle. Inhabituel mais -au risque de décevoir!-pas si exceptionnel.

Les valeurs du "marnage" -la zone maximale qui est découverte entre le point le plus bas de la marée et le point le plus haut- ne sont pas pas si importantes. Trente centimètres de plus quand la mer est à marée haute et une marée basse à moins un mètre quatre-vingt dix. Des chiffres qui sont loin -bien loin- des grandes marées les plus connues comme les quinze mètres de la baie du Mont Saint Michel ou les dix mètres des "Horizontals Falls, près de Kimberley en Australie.

Les marées : un phénomène complexe!

"Les marées sont essentiellement contraintes par les astres et la lune en particulier. Elles sont calculées par le Service Hydrographique de la Marine" explique Hugues Ravenel, Directeur de la Météo pour la Nouvelle Calédonie et Wallis. Il poursuit :"C'est ce qui donne les trente centimètres de ces grandes marées de mai. Il y a quelques petites variations autour de la marée qui sont liées à des phénomènes climatique, aux hautes pressions."

Beaucoup de paramètres rentrent en ligne de compte pour calculer les marées et leurs coefficients -leur amplitude  attendue.
La Loi universelle de la gravitation -l'attirance de la lune conjuguée ou pas avec celle du soleil- dans l'influence des marées a été brillamment calculée et mise en équations par le naturaliste Charles Darwin. Mais des "vives-eaux" -forte marée- aux "mortes-eaux"-faible marée- les raisons sont complexes et multiples... Nous ne nous engagerons pas sur ce chemin en quelques lignes...

"On doit mesurer beaucoup de paramètres climatologiques" tempère Hugues Ravenel. Et de conclure : "C'est que pour caractériser un phénomène comme extraordinaire, il faut beaucoup d'observation!" Bon! on a compris, notre grande marée n'est pas exceptionnelle! Elle valait quand même le déplacement!!!




Publicité