publicité

Catherine Conconne devient la première sénatrice de l'île et Maurice Antiste est réélu

La coalition Ensemble Pour une Martinique Nouvelle, garde ses deux sièges de sénateur. Catherine Conconne est élue et Maurice Antiste réélu pour six ans. Victoire acquise lors d'un scrutin marqué par une organisation calamiteuse ce dimanche à la préfecture de Fort-de-France.

Catherine Conconne et Maurice Antiste © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Catherine Conconne et Maurice Antiste
  • Joseph Nodin
  • Publié le , mis à jour le
L'événement c'est d'abord la consécration pour Catherine Conconne. Elle devient à 54 ans, la première femme élue au Sénat pour représenter la Martinique. Il ne lui manquait que 2 voix pour enlever le siège dès le premier tour. Au second tour, les grands électeurs lui ont confirmé leur confiance. La fidèle militante du PPM (Parti Progressiste Martiniquais et de la coalition Ensemble pour Une Martinique Nouvelle), l'emporte avec 464 voix.

Après l'élection de Josette Manin à l'Assemblée Nationale en juin dernier, c'est au tour d'une autre femme, Catherine Conconne, de décrocher un siège cette fois au Sénat. Deux martiniquaises parlementaires, l'année politique 2017 est historique en Martinique.

Maurice Antiste réélu
Le sénateur sortant craignait le report de voix du fait du retrait de Marius Narcissot et de Georges Cléon, deux candidats soutenus par Alfred Marie-Jeanne, le président du conseil exécutif. Finalement, le sénateur sortant conserve son siège.

Les résultats du second tour des sénatoriales :
Catherine Conconne 464 voix 
Maurice Antiste 387 voix
Yvon Pacquit 315 voix
Belfort Birota 204 voix
Edithe Velayoudon 44 voix
Maurice Bonté  30 voix
Eric Valère 16 voix

Une organisation calamiteuse !


Les opérations électorales ont commencé plus d'une heure après l'heure prévue (8h30), avec pour conséquence un décalage de plus en plus important au fil des heures. Les grands électeurs ont perdu patience dans des files d'attente interminables. La sensation d'inorganisation a atteint un sommet après la clôture du scrutin à 12h00. Le président du Tribunal de Grande Instance, chargé de l'organisation du vote, n'a été en mesure de communiquer les résultats qu'à...15h27, à cause notamment d'une différence d'appréciation des votes blancs et nuls.

L'exaspération des grands électeurs était à son comble en fin d'après-midi lorsqu'ils ont trouvé les portes de la préfecture fermées. "Pas d'eau, pas de rafraîchissement, pas même un chapiteau pour se protéger du soleil (...) on nous traite n'importe comment", ont scandé des élus très en colère. D'autres ont menacé de quitter les lieux. "Nou ka pati", disaient-ils...les portes se sont alors ouvertes.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play