publicité

Autonomie des personnes âgées et handicapées : Mayotte sur la ligne de départ.

Le Professeur Alain KOSKAS, gérontologue, président de la fédération internationale des associations des personnes âgées, vient d’effectuer, à Mayotte, une formation des personnels médico-sociaux confrontés à l’ évolution des situations des personnes âgées en perte d’ autonomie.

PHOTO : EMMENUEL TUSEVO : PROFESSEUR ALAIN KOSKAS , GERONTOLOGUE
PHOTO : EMMENUEL TUSEVO : PROFESSEUR ALAIN KOSKAS , GERONTOLOGUE
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le
L’évolution des situations des personnes âgées et handicapées en perte d’autonomie. 

Alain KOSKAS, également président de la fédération 3977 contre la maltraitance des personnes âgées et handicapées, a mis, dans son enseignement, un accent particulier sur la complexité de l’évaluation.

« Il s’agit d’avoir conscience, sur chaque question posée, pourquoi on la pose, comment on la pose, comment on prend en compte, pas seulement  la situation de la personne âgée, mais aussi celle de son environnement et de son voisinage, son état de solitude, l’état de ses aidants, c’est-à-dire leur apprendre à faire le travail plus global sur l’évolution des situations des personnes âgées et handicapées en perte d’autonomie. », a expliqué Alain KOSZKAS.

Les maltraitances financières des personnes âgées et fragilisées : un fléau silencieux

Il a également abordé, avec les stagiaires,  l’environnement de la personne âgée qui peut être défaillant ou dans lequel l’aidant peut être lui-même en train de défaillir par saturation ou par fatigue, ainsi que la loi d’adaptation de la société au vieillissement.

« C’est une loi que j’ ai contribué à élaborer et à écrire à la fois au niveau d’un rapport que j’ ai fait pour le médiateur de la république en 2011 sur les maltraitances financières des personnes âgées et fragilisées et un rapport que j’ ai fait en avril pour la ministre BOITARD sur les maltraitances financières que j’ ai appelées un fléau silencieux. », a-t-il précisé.

Mandat de protection future

Alain KOSKAS a également formé les personnels médico-sociaux de Mayotte à la loi ASV, sur tout ce qu’ elle contient en avancées importantes en terme de consentement des personnes âgées, de leur citoyenneté, de leur droit à dire oui ou à dire non.

« Il s’ agit du droit des personnes âgées à ne pas être d’ accord que ce soit à des soins ou à une entrée en institution du fait que la loi avait promis d’ augmenter largement les moyens d’ accompagnement à domicile et il fallait augmenter les moyens parce que les personnes âgées qui avaient des très faibles moyens préféraient abandonner le plan d’aide parce qu’il y avait un reste à charge qu’ elles ne pouvaient pas payer. »,a-t-il ajouté.

Alain KOSKAS a indiqué que la loi a apporté une réponse en termes de protection des majeurs. Un travail a été réalisé sur ce qu’on appelle les directives anticipées. A un moment de sa vie, une personne a besoin de dire si un jour elle perd ses moyens, elle aimerait que ce soit un tel ou un tel qui prenne les décisions à sa place. (Mandat de protection future, Ndlr).
PHOTO : E. TUSEVO : INSA ABDOU , Vice président du Conseil départemental et Pr. ALAIN KOSKA , Gérontologue
PHOTO : E. TUSEVO : INSA ABDOU , Vice président du Conseil départemental et Pr. ALAIN KOSKA , Gérontologue

Aménagement des domiciles adaptés

La formation a également porté sur l’aménagement des domiciles, sur la multiplication des domiciles adaptés. Certains domiciles sont à risques, très faibles en accessibilité.

« Nous avons abordé la création des résidences autonomie , la création d’ accueil familial ou des travaux qui aujourd’hui peuvent être financés parce qu’il y a une grosse enveloppe travaux qui permet de mettre l’ appartement à niveau et d’utiliser les dernières trouvailles en domotique pour permettre d’ équiper un établissement pour éviter des chutes par des rails lumineux, pour mesurer, en cas de chute, qui doit être alerté. », a ajouté Alain KOSKAS.

Perspectives pour Mayotte

Alain KOSKAS estime que tous les personnels qu’il a rencontrés à Mayotte sont à un très haut niveau de compétences, de connaissances et d’engagements mais toutes les intermédiaires n’existent pas, selon lui.
 
« Il n’existe pas un système d’ alerte à domicile, il n’ y a pas d’accueil de jour , il n’ y a pas d’ accueil de nuit pour des personnes qui ont du mal à dormir seules chez elles la nuit, il n’ y a pas d’ hébergements temporaires, bref tous ces éléments qui vont permettre à la personne âgée et parfois à des aidants de se reposer et de pouvoir éventuellement  passer quelque temps avec une sécurité . »

Alain KOSKAS est optimiste sur la situation à Mayotte grâce à la loi qui permet de résoudre les difficultés d’accessibilité au sein même des maisons et des appartements.

«  Le schéma de l’autonomie a été fait, aujourd’hui, Mayotte  est véritablement sur la ligne de départ, on sait ce qu’il faut faire, on sait ce que ça coûte, on sait qu’elles sont les aides. Je souhaite que les aides de la Caisse Nationale de solidarité pour l’autonomie soient acquises. Maintenant, nous savons cela, tout reste à faire sans reproduire les erreurs commises en France métropolitaine. », a conclu Alain KOSKAS.

EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU.

A LIRE AUSSI :

Schéma départemental de l' autonomie

http://lejournaldemayotte.com/societe/handicapes-et-personnes-agees-le-d...

 
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play