polynésie
info locale

Plus de 200 marcheurs contre le projet écoparc

environnement Tahiti
eco parc
Ils étaient environ 200 à venir marcher pour dire "non" au projet écoparc de la vallée de Papenoo, ce samedi 13 août ©Polynésie 1ère
Le projet d'écoparc de la vallée de la Papenoo a déjà été sensiblement modifié depuis son annonce mais il continue de s'attirer les foudres de ses opposants. Samedi 13 août, les contestataires s'étaient donnés un deuxième rendez-vous en quelques semaines pour une marche de 5 km dans la vallée.
Lorsque le soleil brille le spectacle de la vallée de Papenoo est encore plus somptueux. Ils étaient plusieurs centaines samedi matin à de nouveau exprimer leur refus du projet écoparc dont ils ne partagent en rien la philosophie. "Cette marche est là pour faire comprendre que les gens aiment leur vallée et que nous nous battons pour la protéger", explique Yves Doudoute, l'organisateur de la marche.


Des chants, des slogans écrits sur de petites pancartes, une campagne de signatures qui se poursuit et la volonté d’éviter ce qu’ils considèrent comme un saccage. Le fare hape, qui accueille 3 000 enfants chaque année, veut poursuivre son travail sur les racines et les valeurs dans ces lieux emblématiques. Les oreilles de certains hommes politiques ou promoteurs ont dû siffler samedi matin.

Vallée Papenoo
©Polynésie 1ère

Les participants, qui étaient un peu plus de 200 ce samedi matin, ont souhaité répondre présents afin de ne pas laisser leur vallée aux mains de promotteurs. "Je ne veux pas voir ma vallée détruite", lance l'une des participantes.


Certains veulent éviter qu'un téléphérique ne vienne défigurer et détruire leur montagne. 


D'autres refusent de voir leur vallée transformée en parc d'attraction et dont l'entrée serait payante. 


Déjà plus nombreux que lors de la première marche, les protestataires se sont d’ores et déjà donnés rendez-vous pour une troisième manifestation le 26 novembre prochain


Retrouvez le reportage complet de nos journalistes dans les journaux télévisés de ce samedi 13 août sur Polynésie 1ère 
Publicité