publicité

Sécurité et lutte contre la radicalisation dans les prisons. L’UFAP-UNSA se réjouit

Le gouvernement annonce la création de quartiers d’évaluations des détenus suspectés de radicalisation. Le déblocage de fonds pour rénover et moderniser les prisons. Des mesures qui interviennent après l’attaque d’un surveillant et une mutinerie…

© Francetvinfo
© Francetvinfo
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
Suite aux incidents graves de début Septembre, dans le Val d’Oise un surveillant avait  été agressé à l’arme blanche par un détenu radicalisé et au centre de détention de Vivonne dans la Vienne à côté de Poitiers une mutinerie avait éclaté, les syndicats des gardiens de prisons avaient demandé la prise de mesures urgentes au gouvernement.
L’UFAP-UNSA justice se réjouit dans un communiqué d’avoir été entendu. Tout n’est pas parfait, mais le mot « sécurité » revient au cœur des débats.
Les centres vont être réhabilités, les détenus dangereux mis à l’écart des autres, des équipes de sécurité pénitentiaire vont être créées et pour toutes les missions extérieures, désormais les personnels seront armés.
 
Des quartiers d’évaluation des détenus suspectés de radicalisation
 
Des moyens financiers supplémentaires pour sécuriser les établissements vont être débloqués : 32 millions pour la neutralisation des communications illicites, 14,7 millions pour le matériel vidéo entre autre…
6 quartiers d’évaluation de la radicalisation (QER) vont être créés, un à Fresnes, 2 à Fleury, un à Osny, mais également à Bordeaux et Marseille. Un septième sera installée pour accueillir les femmes au cœur de la maison d’arrêt pour femmes de Fleury-Mérogis.
Tout n’est pas parfait pour les responsables syndicaux, mais ils saluent ces décisions dans le communiqué ci-dessous.

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play