Le Nègre se rebelle : Marie-Josée Pérec et Gérard Delver devant le tribunal

sport
Gérard Delver
Gérard Delver ©gérard delver
C’est le scandale littéraire de la Guadeloupe : Gérard Delver casse le secret et dit être le Nègre littéraire de la biographie de Marie-José Pérec « Rien ne sert de courir » (Grasset, 2008).

Un travail fulgurant

Cela aurait pu être une  nouvelle blague pour Monsieur Bienaimé. Mais une blague qui tourne au tragique, alors. Gérard Delver, auteur, comédien, écrivain talentueux, affirme avoir été choisi par Marie-José Pérec pour écrire sa biographie. Un travail qu’il aurait accepté, sous contrat, réalisé en un temps record, avec une disponibilité à toute épreuve. Résultat : le livre a été écrit, -avec une préface signée Edouard Glissant, s’il vous plaît- en temps et en heure. Il a été livré aux éditions Grasset-Fasquelle. Jusque là, tout va encore.


Refus de payer

Le livre est publié, mais les choses se gâtent dès qu’il s’agit de payer Gérard Delver. Les éditions Grasset-Fasquelle lui demandent d’apporter la preuve qu’il a bien écrit l’ouvrage.  Et c’est là où rien ne va plus. La sportive Guadeloupéenne, l’une des mieux payées au monde, refuse de donner quoique ce soit comme document prouvant que Gérard Delver est bien l’auteur de l’ouvrage. De fait, il ne peut percevoir les  20 000 euros du contrat. Elle argue du fait qu’elle ne les lui doit pas.  Il y a alors un véritable chassé-croisé : l’un envoyant des courriers de relance, l’autre ne les recevant pas… La famille de Pérec est contactée, une conciliation est tentée… Le refus de payer est clairement précisé.


« Et la dignité alors ? »

De guerre lasse, Gérad Delver se résout à intenter un procès. Sur son compte Facebook, il précise : « mes preuves sont incontournables : témoignages, preuves matérielles, correspondance, expertise de mon ordinateur, une série d'éléments qui démontrent et montrent mon niveau d’engagement, le travail fait, sa qualité, J’ai honte et je suis blessé de cette surprenante petitesse. Mais je n’accepterai ni injustice, ni mépris vis-à-vis de moi. C’est un principe de base chez moi. Et la dignité alors ??? ».
 

Audience au Tribunal de Paris

Le 23 mai prochain, l’audience aura lieu au Tribunal de Paris. Chaque partie pourra donner son point de vue, apporter les preuves de ses dires. Nous avons pu joindre Gérard Delver au téléphone, il semble attendre sereinement l'audience. Nous avons tenté de joindre Marie-Josée Pérec, en vain. Affaire à suivre.