guadeloupe
info locale

Le C.H.U en pleine hémorragie

économie
CHU
©r. lami
La santé du Centre hospitalier universitaire est loin de s’améliorer. Elle est même en plein déclin selon un rapport de l'Inspection générale des Affaires Sociales. Un rapport analysé par Philippe Chanlot, journaliste.
Rien ne va plus au C.H.U... Le premier plan de retour à l'équilibre n'a pas eu les résultats attendus... Un rapport de l’IGAS, l’Inspection Générale des Affaires Sociales, parle d’une situation financière particulièrement dégradée du Centre Hospitalier Universitaire de Pointe-à-Pitre/Abymes.


50 millions d'euros de déficit 

Le C.H.U. souffre d’un déficit structurel, c'est-à-dire un solde négatif des finances publiques. Un déficit qui atteignait la somme record de 50 millions d'euros en 2012. Le rapport de l’Inspection générale des Affaires Sociales le souligne, la situation financière de l’établissement est particulièrement dégradée. Le C.H.U. peine notamment à provisionner les risques, à définir des charges dont le montant ou l'échéance ne sont pas définies précisément.
Par ailleurs, d’avril à décembre, le règlement des charges sociales patronales et salariales a été bloqué pour donner la priorité aux salaires, en partie et au paiement des fournisseurs. Depuis, une fraction de la part salariale a été réglée. Le reste à régler représentant une mensualité de plus d’1,8 million d'euros. Mais une épée de Damoclès plane toujours au dessus du C.H.U., car il risque des pénalités de retard qui pourraient s’élever à plus de 4 millions d'euros.


Des risques pour l'emploi

Le rapport de l’IGAS l’affirme, le plan de retour à l’équilibre en cours n’a pas été à la hauteur des attentes. D’autant plus que les résultats du C.H.U. ont souffert d’un effet ciseaux. Une image pour parler des dépenses qui augmentent et des recettes qui diminuent. Le rapport cite en exemple l’augmentation des dépenses de personnel de près de 30 millions d'euros entre 2007 et 2012, soit environ 5 millions par an. Alors que dans le même temps, les recettes et dotations publiques du C.H.U. diminuaient. Le plan de retour à l’équilibre du C.H.U. devrait être renforcé. Ses conséquences pourraient notamment toucher l’emploi, en particulier le personnel non médical. L’objectif du Plan étant le même, parvenir à un déficit structurel de zéro en 2017.
Publicité