Braquages : Les policiers réclament des moyens

politique
police.jpg 21 juin 2013
©cc-by Terra Nova Fondation
Les nombreux braquages dont les Guadeloupéens sont victimes amènent des réactions, notamment dans les forces de l’ordre. Les syndicats de police attendent beaucoup de la visite prochaine de Jean-Marc Ayrault.

Le plan épervier déclenché

Combien de braquages exactement pour la seule journée d’hier ? Et celle d’avant-hier ? Aujourd’hui, combien y en aura-t-il ? Désormais, la Guadeloupe vit au rythme des agressions perpétrés par des bandes armées. Pour parer à cela, la Préfète, Marcelle Pierrot a déclenché hier le plan épervier et rappelé tous les effectifs de gendarmerie et de police, qui étaient en congés ou en permission.


Provocations

Au cours de la semaine, la Trésorerie Générale de Baie-Mahault a été cambriolée. Les malfrats ont poussé le culot jusqu’à dévaliser le lieu public et à repartir à pied. Les agressions se sont désormais en plein jour, manifestement les voyous ont un sentiment d’impunité qui les galvanise.


Réaction des forces de l’ordre

Par la voix de leurs syndicats, les forces de l’ordre réagissent et disent une nouvelle fois le manque criant de moyens humains et matériels dont la Guadeloupe est victime : « Nous avons besoin au bas mot de 60 fonctionnaires supplémentaires ». Quant à la prochaine visite du 1er Ministre en Guadeloupe, elle est également soulignée : « Il serait dommage que le discours du 1er Ministre ne soit pas ponctué de signes fort ».
Voici les réactions de Christian Vainqueur de FO Police et de Pascal Dellouche du SNOP-SCSI, le Syndicat des Cadres de la Police Intérieure. Ils répondent à Eric Stimpling. 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live