Dengue : déclaration de guerre contre l’aedes aegypti

santé
Lutte contre la dengue
Image d'illustration ©defense.gouv.fr
L’Agence Régionale de Santé va considérablement renforcer les actions de lutte contre le moustique vecteur de la dengue, en Guadeloupe. L’épidémie continue de progresser et le bilan est lourd.
La dengue n’en a pas fini de faire parler d’elle, dans notre archipel… et ce n’est pas une surprise. En effet, la Guadeloupe est, tout au long de l’année, concernée par la maladie, mais certaines périodes sont propices à des situations épidémiques. C’est actuellement le cas.
 
Dans ce contexte, l’Agence Régionale de santé (ARS), qui a présenté les derniers chiffres à la presse, mardi 22 octobre, au siège de Dothémare, aux Abymes, entend prendre les mesures qui s’imposent.
 

Actuelle situation épidémiologique

Depuis le début de l’épidémie, en mai dernier, quatre personnes sont décédées, des suites de cette infection virale (six, si on compte les deux décès survenus dans la collectivité de Saint-Martin), 109 patients ont été hospitalisés et 800 nouveaux cas sont signalés chaque semaine. Au total, les services de santé et le réseau des médecins et des laboratoires ont déjà enregistré plus de 9 000 cas évocateurs.
Pour rappel, en 2010, 40 000 personnes avaient été touchée par la dengue ; sept avaient été tuées.
Quoiqu’il en soit, les chiffres 2013 restent préoccupants, d’autant que, selon les observations de l’ARS, le pic de l’épidémie n’a pas encore été atteint.
Personne n’est à l’abri, puisque l’ensemble du département est concerné.
 

Il faut agir !

Œuvrer pour faire reculer la dengue est l’affaire de tous.
Comme cela a été maintes fois signalé, il appartient à l’ensemble de la population de ne pas relâcher ses efforts et de détruire les gites larvaires des aedes aegypti, moustiques vecteurs de la dengue. Cela passe par l’élimination du moindre récipient d’eau, ou par le fait de les vider régulièrement, particulièrement en cette période de pluies. Ainsi, vases, fûts, citernes, gouttières et autres pneus stockés, doivent être consciencieusement inspectés.
 
De son côté, l’ARS poursuit sa vaste campagne d’information et de pulvérisations, dans les communes de Guadeloupe. Elle réitère, parallèlement, ses appels à la prudence et au respect des consignes préventives.
Sur ce point, nous vous proposons d’écouter les précisions d’Yves THOLE, ingénieur au service de lutte anti vectorielle à l’ARS. Il répond à Chantal HORN :

THOLE, ingénieur au service de lutte anti vectorielle à l’ARS


 
A compter du mois de novembre prochain, un partenariat ARS/Rectorat sera activé. Dans ce cadre, des kits pédagogiques seront distribués aux élèves. L’objectif est de leur permettre de détecter les gites larvaires et de s’en protéger. Comme on le sait, les enfants sont souvent les meilleurs vecteurs de l’information, aptes à faire respecter les consignes par leurs proches.
 

La Toussaint, période sensible

La fête des saints, très populaire en Guadeloupe, inquiète les autorités. C’est en effet une période propice pour le développement des moustiques, qui trouvent, dans les cimetières, des vases remplis de l’eau claire qu’ils affectionnent pour se reproduire.
Une recommandation, donc : piquez vos fleurs dans de la mousse, plutôt que laisser sur place des vases, dans lesquels l’eau stagnera.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live