publicité

Une minorité aurait décidé de l'autonomie du pôle Guadeloupe aujourd'hui

Une assemblée générale de consultation de la communauté universitaire s'est tenue aujourd'hui à Fouillole. Alors qu'il ne devait pas y avoir de prise de décision, un groupe réduit à finalement voté des orientations en fin de réunion. Ils demandent l'autonomie du pôle Guadeloupe.

© cc-by web uag
© cc-by web uag
  • Nicolas Ledain
  • Publié le , mis à jour le
La journée a encore été mouvementée à l'UAG. A la veille de la rencontre entre les élus locaux et la ministre de l'enseignement supérieur, une assemblée de consultation de la communauté universitaire avait lieu à Fouillole. L'objectif était de décider de grands principes pour l'avenir du pôle Guadeloupe mais pas de décider d'une orientation. Après 5h de discussions et face à un auditoire réduit et peu représentatif, un vote a pourtant été organisé. L'autonomie du pôle Guadeloupe a été actée.

Pas de décision

Cette assemblée générale ne devait pas déboucher sur une décision de la communauté universitaire. Dès son début ce matin à 9h, il a été décidé d'acter de grands principes quelque soit la forme d'université qui déboucherait des consultations et des réunions. Ainsi, la transparence, la construction commune avec les différents pôles, la participation globale et représentative et le respect des procédures sont les 4 grands axes qui ont été retenus par le public présent.
La décision concernant la forme à donner à l'université des Antilles et de la Guyane ne devait normalement se faire qu'à l'issue d'une consultation des étudiants et des professeurs des différents pôles afin de garantir la représentativité du choix de la communauté. Car aujourd'hui, cette assemblée était loin d'être au complet. Sur les environ 6000 personnes inscrites ou travaillant au pôle Guadeloupe, une centaine de personnes seulement étaient encore présentes en fin de réunion. Très peu d'étudiants avaient fait le déplacement. 

Un vote et des orientations

Pourtant après environ 5h d'assemblée et contrairement à ce qui avait été décidé le matin, les responsables ont fait voter cet auditoire réduit sur des orientations à donner et sur la forme à décider pour le pôle. A l'issue d'une consultation à main levée, c'est l'autonomie totale du pôle Guadeloupe qui a été décidée. Si ce vote est suivi, il ne reste plus que deux options de gouvernance possibles : Soit une sécession totale et une autonomie complète, soit une université de plein exercice de Guadeloupe qui rentrerait dans une communauté d'université avec la Martinique d'ici quelques années. Concernant les grandes orientations, le maintien des moyens et des formations a été acté pour notre île.
Plusieurs maîtres de conférences et professeurs présents se sont insurgés de ce scrutin "anti-démocratique" et du non-respect du large processus de consultation entamé sur les campus antillais. Ils dénoncent aussi une pression pour présenter des orientations au plus vite. Une élue de la région également membre de l'UAG aurait invité l'assemblée à se décider rapidement afin que des résolutions soient présentées dès demain à la ministre de l'enseignement supérieur, Geneviève Fioraso.

Une décision locale?

Certaines personnes présentes durant cette assemblée se sont aussi dites choquées de certaines déclarations. Un des représentants de la faculté de droit aurait dit que "seuls les guadeloupéens peuvent décider de l'avenir de l'université de Guadeloupe". Certains professeurs étrangers se sont sentis visés par ces allégations. De plus, ces mêmes sources dénoncent le comportement d'un petit comité qui se serait retiré pour la rédaction des orientations sans consulter l'assemblée.
Si ces décisions et ces orientations sont présentées demain à la ministre de l'enseignement supérieur, des membres éminents de la communauté universitaire ont dors et déjà annoncé qu'ils monteraient au créneau pour s'y opposer.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play