guadeloupe
info locale

Renvoi de l’affaire CHU/ UTS-UGTG

justice
Manifestant militants syndicaux, devant le tribunal de Pointe-à-pitre
©P. Labéca
Janvier 2006, en plein conflit avec l'ancien directeur du Centre hospitalier universitaire Christian Jolivière, l’ancienne directrice des ressources humaines Béatrice Kowalski se plaint de violences commises par trois militants affiliés à l’UTS-UGTG
Entre mai et août 2006 le personnel du CHU s’était massivement mobilisé contre la direction de l’établissement. Ils mettaient en cause ce qu’ils estimaient être du ressort de l’intimidation, du harcèlement et des sanctions injustifiées de la part de la direction à l’endroit de ses collaborateurs. Dans ce climat tendu, et dans un contexte devant être éclairci lors du procès, Béatrice Kowalski porte plainte pour violences contre trois militants : Ginette Lerus, Jules Calvaire et Alexis Lunion.
Gaby Clavier devant le palais de justice
©P. Labéca
 


Un renvoi demandé par la défense

Huit ans après les faits les trois militants poursuivis étaient donc convoqués au tribunal correctionnel de Pointe-à-pitre ce jour à 14h. A la demande de leurs avocats l'affaire a été renvoyée au 11 septembre 2014.
Maître Sarah Aristide, de la défense, s’est elle aussi exprimée à la sortie du tribunal.
Sarah Aristide devant le palais de justice de Pointe-à-pitre
©P. Labéca

Parmi les requêtes de la défense, le fait que les témoins à charge soient cités à la barre d’autant que selon eux la plainte est soutenue par le juge d’instruction entre autre sur la base de témoignages de trois collègues de la plaignante, non grévistes et des ressources humaines.