Sur la piste des meurtriers de Jean Dominique

culture
carte port au prince
©maps
Un suspect arrêté en Argentine pour le meurtre du journaliste Jean Dominique 14 ans après son meurtre, le 3 avril 2000, à Port-au Prince, Haïti.

Un journaliste de grand renom

Le journaliste Jean Dominique et le gardien de la radio Jean-Claude Loussaint ont été assassinés à Radio Haïti Inter. 14 ans après les faits, un suspect a été arrêté en Argentine.
 Jean Dominique représente l’image forte du journaliste en Haïti. Sa mort est intervenue alors qu’il était dans la cour de Radio Haïti Inter. Il a été tué en même temps que le gardien, Jean-Claude Louissaint, c’était le 3 avril 2000. A cette époque-là, Jean Dominique ne cachait pas son opposition aux méthodes employées par Jean-Bertrand Aristide pour gouverner le pays.


D'autres suspects

Selon le journal  Le Nouvelliste, le suspect, Markington Philippe, était un proche du pouvoir qui se serait enfui en Argentine pour échapper à la justice de son pays juste après les faits. Par ailleurs, le juge en charge de l’enquête a émis un rapport mettant en cause 9 suspects au total, pour les crimes commis.
Le Nouvelliste précise que l’affaire est désormais entre les mains de la Cour de Cassation de Haïti.
 

Lien avec Maryse Condé
Le journaliste Jean Dominique, est le père du seul fils de Maryse Condé. L’auteure, dans son dernier ouvrage « confession », « La vie sans fard », n’a pas été tendre avec son ancien amant, justifiant son ton, par sa condition de « femme abandonnée avec un ventre »(p.23). Les propos de Maryse Condé on suscité une vive polémique en Haïti et au-delà, il lui est reproché notamment d’avoir attendu la mort de Jean Dominique pour régler ses comptes.
A noter que la veuve de Jean Léopold Dominique, Michèle Montas, haïtienne, est également une journaliste de renom. Elle est l’ancien porte-parole de Ban Ki-Moon, ex secrétaire général des Nations Unies.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live