Eaux de baignade, 2 points noirs pour 130 sites

santé
plage de bois jolan
La plage de Bois-jolan à Sainte-Anne ©GPE
Ce lundi l’Agence Régionale de Santé a présenté les résultats de la dernière étude menée sur les eaux de baignades dans notre département. Il en ressort que plus de 98% des eaux contrôlées sont conformes à la réglementation.
Depuis le 1er janvier le classement s’effectue suivant la directive européenne du 15 février 2006.  Jusqu’à cette date c’est la directive du 8 décembre 1975 qui était prise en compte.
Le classement des 130 sites ayant fait l’objet d’examens lors de la saison 2012/ 2013, évolue comme suit :
Avant le 1er janvier 2014Depuis le 1er janvier 2014
89 sites en « eau de bonne qualité »109 sites en « eau d’excellente qualité »
34 sites en « eau de moyenne qualité »14 sites en « eau de bonne qualité »
 
7 sites en « eau de qualité suffisante »5 « sites en eau de Qualité suffisante »
 
0 site en « eau de mauvaise qualité »2 « sites en eau de qualité insuffisante »
 

Deux mauvais points et d’autres sites à surveiller

Le bain de Dolé à Gourbeyre et la plage de Viard, à Petit-Bourg sont les deux « ombres au tableau ».  Ils sont classés en « eau de qualité insuffisante ».
Les nouveaux critères ont pour conséquence une certaine « embellie » de nos eaux de baignade sur le papier, mais attention tout de même car selon l’ARS, si l’ancienne directive était toujours en place il y aurait 7 sites considérés comme momentanément pollués :
  • La baie du Moule
  • L’autre bord au Moule
  • L’Anse Caraïbe à Pointe- Noire
  • Les grandes Cayes sud à Saint- Martin
  • La plage du bourg à Vieux- Habitants
  • La plage de Rocroy
  • Duquerry, à Petit- Bourg
Même s’ils ne sont désormais plus classés en dans une catégorie de qualité insuffisante de l’eau de baignade, ces sites pourraient très bien être déclassés lors des prochaines évaluations. En effet, les mauvais résultats obtenus courant 2013 seront prix en charge pour les calculs des 3 prochains classements.


Les nouvelles modalités de classement

Les règles de calcul fixées par la directive européenne de 2006 sont les suivantes :
  • La classification sur un site de baignade est établie sur la base des résultats obtenus sur quatre années consécutives par méthode statistique et non plus à partir des données recueillies chaque année.
  • Seuls deux paramètres microbiologiques sont désormais contrôlés en tant qu’indicateurs de qualité. Les entérocoques intestinaux et l’Escherichia coli.
  • Les valeurs des imites de qualité sont différentes entre eau douces et eaux de mer et les limites impératives sont plus restrictives.
  • Une nouvelle classe a été ajoutée, dénommée « suffisante », pour distinguer les eaux de baignade qui sont polluées de manière accidentelle.
 
L’ARS transmet les conclusions sanitaires des contrôles effectués de façon mensuelle aux maires des communes et aux présidents de collectivité concernées.
Si la qualité des eaux d’un site est estimée « insuffisante » 5 années consécutives, une interdiction devra être prononcé et il sera considéré que les eaux de ce site sont définitivement non- conformes et définitivement interdites au public.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live