Détention provisoire requise pour Joël Beaugendre, contrôle judiciaire pour son directeur financier

politique
Joel Beaugendre
©J.B.
Après plus de 24h d'audition, le parquet a demandé de placer le maire de Capesterre-Belle-Eau en détention provisoire et son directeur administratif et financier sous contrôle judiciaire. Ils sont suspectés de détournements de fonds et d'atteintes à la liberté d’accès aux marchés publics.
La nouvelle est tombée peu après 18h, le parquet de Basse-Terre requiert de mettre les deux hommes en examen pour détournements de fonds publics, usage de faux en écriture privée et favoritisme.

Enquête préliminaire

Les premières investigations permettaient d’établir qu’un million d’euros avaient été payés par la trésorerie sur mandat du maire pour une commande d’une centaine de tonnes d’enrobé à froid, alors que seulement une vingtaine de tonnes avaient effectivement été livrées.
Par ailleurs, il a aussi été établi que les services techniques de la mairie ignoraient ces commandes qui n’avaient pas fait l’objet de marchés publics.

Multiples perquisitions et deux "sons de cloche"

Les domiciles de Joël Beaugendre et de son directeur financier ont été perquisitionnés mercredi. Toutefois ce n’est pas la première fois que la commune de Capesterre-belle-Eau est concernée par ce type d’événements. Peu après les élections municipales et communautaires de mars dernier, elle en avait déjà fait l’objet.
Depuis hier les deux hommes ont été entendus par les enquêteurs et leurs propos ne vont pas dans le même sens.
De source judiciaire, le directeur administratif et financier admet que les documents retrouvés à son domicile sont des fausses factures. Il a également dit "qu'à la demande du maire un circuit spécifique avait été mis en place pour leur paiement".
Joël Beaugendre pour sa part conteste toute responsabilité dans les faits et indique se « contenter de contrôles sommaires des factures » qui lui étaient présentées par ses services.

C'est désormais au juge des libertés et de la détention de se prononcer sur les réquisitions du parquet.