Essence : de l'eau dans le gaz

carburants
carburants
©cc-by Lèna & Sylvain
Un Rendez-vous pour – presque – rien hier en préfecture. La Sara et les compagnies pétrolières ont boudé la table ronde convoquée par le président du Conseil Général.
La table ronde convoquée par la président du Conseil Général n’a, comme on pouvait le craindre, pas donné grand-chose hier. La faute en particulier à la Sara et aux compagnies pétrolières, qui avaient choisi de bouder l’invitation de Jacques Gillot. Restaient donc, face à face, les 2 présidents d’assemblée, le préfet et les gérants de stations-service. L’échange s’est donc résumé à l'exposé des points de vue et arguments de chacun, sans qu’aucun début de commencement d’émergence d’une piste de solution ne soit trouvé.
Comme supposée, c’était un coup d’épée dans l’eau. La table ronde sur les carburants à laquelle n’étaient conviés ni les pétroliers, ni la SARA n’a bien évidemment débouché sur rien de concret, si ce n’est sur la colère des gérants de station service...Seul les élus et ces chef d’entreprises étaient réunis autour d’une table où l’un des nœuds du problème, la SARA, peut être persona non grata, brillait par son absence...La question des indemnités de fin de gérance n’a pas été réglée, celle des stocks stratégiques non plus, celle de  la fixation des prix des carburants encore moins, la SARA ne donnant toujours pas à l’Etat les éléments comptables nécessaires à l’évaluation des tarifs. Du coup les gérants, qui sont du même côté de la barrière que la raffinerie, seront réunis en assemblée générale cet après midi, toujours avec la même revendication, la révision du décret Lurel. Bref encore de l’huile sur le feu dans un dossier qui pourrait bien s’enflammer dans les prochains jours...