Affaire Claude Jean-Pierre : la mobilisation ne faiblit pas

société
Concert soutien famille Claude Jean-Pierre
Christophe Sinnan (gendre de Claude Jean-Pierre), Tiwony (artiste) et Fatia Alcabélard (fille de Claude Jean-Pierre). ©Daniel Quérin
Un nouveau rassemblement associé à un concert de solidarité a eu lieu, hier, sur la place de la Victoire à Pointe-à-Pitre, pour réclamer justice pour Klodo. La fille et le gendre du Deshaisien, décédé en décembre dernier, après un contrôle de gendarmerie, avaient fait le déplacement.

"Nou pa ka lagé ayen" (Nous ne lâchons rien !) Sept mois après la mort de Claude Jean-Pierre suite à un contrôle de gendarmerie en décembre 2020 à Deshaies, ses proches sont toujours en quête de vérité. Et la mobilisation ne faiblit pas. Un rassemblement se tenait hier soir, sur la place de la Victoire à Pointe-à-Pitre.

Union autour de la famille de Claude Jean-Pierre

Ils étaient plus de cinquante artistes issus de la scène urbaine - danseurs, chanteurs - réunis pour rendre hommage au sexagénaire et à sa famille, ce samedi 10 juillet. Pour eux, à l'instar de Tiwony, c'était un devoir d'être auprès de la fille de Claude Jean-Pierre, pour apporter son soutien, et montrer que malgré le temps qui passe, la quête de la justice est toujours bien présente. 

Une mobilisation que n'aurait manquée pour rien au monde la fille de Claude Jean-Pierre, Fatia Alcabélard. Depuis décembre 2020, elle remue ciel et terre pour que toute la lumière soit faite autour du décès de son père. L'union autour de cette cause est essentielle. 

D'autant plus que l'instruction du dossier est longue... Au mois de juin dernier, les avocats de la famille avaient dévoilé que les deux gendarmes impliqués dans ce contrôle routier avaient été placé sous le statut de témoin assisté. De plus, une expertise médicale indépendante sera réalisée. Ses conclusions seront connues en novembre prochain. 
En attendant, pour Christophe Sinnan, gendre de Claude Jean-Pierre, cette quête de justice semble semée d'embûches... 

 

A (re) voir le reportage d'Alex Robin et Daniel Quérin :