Une année scolaire très particulière

éducation
Mouvement de grève dans l'éducation nationale
En début d'année, le ministre a accepté un moratoire sur la suppression de 73 postes à la rentrée 2020-2021 ©E-M. Golabkan
Une année scolaire qui s’est achevée… c’est l’heure du bilan. Une année 2019-2020 qui aura été bousculée. Pour les syndicats elle démontre aussi les difficultés de cette académie de Guadeloupe.
 
La fin de l’année scolaire est marquée par les résultats exceptionnels du baccalauréat. Près de 93%, je vous le rappelle au 1er tour. Cela représente 2 points de plus par rapport à l’an dernier. Les circonstances exceptionnelles de cette année scolaire, avec cette crise du coronavirus, ont émaillé cette année 2019-2020. Michel Gédéon, le président de la Fapeg, la fédération des associations de parents d’élèves de la Guadeloupe, lui, se veut plutôt modéré quat à la valeur de ce bac 2020.
Michel Gédéon, le président de la FAPEG

Michel Gédéon, le président de la FAPEG

Pour Marie-Emile Mirval, le secrétaire général du SPEG, le syndicat des personnel de l’éducation en Guadeloupe, cette année a été encore plus révélatrice des besoins et des difficultés de l’académie.
Marie-Emile Mirval, le secrétaire général du SPEG

Marie-Emile Mirval, le secrétaire général du SPEG

 

Marie-Emile Mirval, le secrétaire général du SPEG

La fédération des associations de parents d’élèves de la Guadeloupe considère pou rsa part que cette année scolaire 2019-2020 a été une année « Expérimentale ».
Michel Gédéon, le président de la Fapeg pense que cette année est aussi un révélateur des limites de l’enseignement. Il faut pousser la réflexion.
Michel Gédéon, le président de la FAPEG

Michel Gédéon, le président de la FAPEG

Les Outre-mer en continu
Accéder au live