publicité

L'augmentation du prix de la tonne de canne divise les planteurs

La campagne sucrière 2018 pourrait démarrer le 22 février pour Gardel et le 28 pour Marie-Galante. Les dates ont été arrêtées hier après-midi, en Comité de liaison de la filière. Mais certains planteurs réclament la revalorisation de l’aide versée par l’Etat.

© C. Métairon
© C. Métairon
  • J. Champion
  • Publié le
628 000 tonnes de canne sont attendues pour la campagne sucrière 2018, dont 524 000 tonnes pour Gardel et 104 000 pour Grand’Anse. Soit un total en recul de 7% par rapport à l’an dernier. Ces premières estimations ont été présentées hier après-midi en Comité de Liaison de l’Iguacanne. L’interprofession envisage un démarrage de la récolte le 22 février en Guadeloupe et le 28 à Marie-Galante. Mes ces dates risquent de rester théoriques. Si un accord est intervenu mardi sur une hausse du prix de la tonne de canne payé par les usines, les planteurs continuent de se battre pour obtenir une augmentation de l’aide versée par l’Etat sur les cannes vendues en sucrerie. Ils réclament aussi aux services de l’Etat le paiement des aides à la replantation 2014 et 2015, avant tout démarrage de la campagne. Une centaine d’agriculteurs se sont rendus hier au CTCS (le Centre technique de la canne à sucre), où se tenait la réunion : des planteurs hors syndicat, et d’autres affiliés à la Coordination Rurale.

Dominique Dartron, Président de la Coordination Rurale

Des réunions ont commencé dans les SICA, avec les services techniques de l’Etat et de la Région pour éplucher chaque dossier et fournir les pièces manquantes. 1 518 189 726

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play