Bras-de-fer entre opposition et majorité, au sein de la municipalité de Trois-Rivières

politique
Mairie de Trois-Rivières
Mairie de Trois-Rivières ©@mairiedetroisrivieres
Le budget de la commune de Trois-Rivières fait l’objet de recommandations de la Chambre régionale des comptes (CRC). Jimmy Fausta, conseiller municipal d’opposition, souligne les dysfonctionnements. Le maire, Jean-Louis Francisque, répond.

Un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) pointe du doigt le budget de la commune de Trois-Rivières, qui n’est pas à l’équilibre. Les magistrats ont rectifié des postes budgétaires, obligeant le maire à revoir sa copie ; ce, après avoir été saisis par le préfet.
Si bien qu’un budget primitif 2022 modifié a dû être voté, le 25 août dernier, après une première adoption, par la majorité municipale, qui remonte au 13 avril.

Un manque de rigueur lourd de conséquence, pour l’opposition

Pour Jimmy Fausta, Laurence Larochelle, Frantz Rupaire, Josette Otto, Claude Jersier et Sylviane Bourgeois, conseillers municipaux d’opposition signataires d’une lettre ouverte intitulée "Sérieuse alerte sur les finances communales de Trois-Rivières", la majorité est fautive.
Ils avancent que pour des raisons de « conventions caduques » ou de sommes déjà versées, près de 1,9 million d’euros de subvention manquent aux caisses de la ville.

Nous sommes inquiets, surtout sur la capacité du maire et de sa majorité à mener à bien les opérations attendues de longue date, par les Trois-Riviériens. Il aurait fallu répondre et justifier en temps et en heure. Puisque que, quand la Chambre régionale des compte vous dit de retirer des montants, en recette d’investissement, parce que les conventions sont devenues caduques, parce qu’il n’y a pas de convention, ou parce que les avances ont déjà été perçues, ça montre bien qu’il y a eu une certaine légèreté, dans la gestion de ces opérations-là, de la part du maire et de ses équipes.

Jimmy Fausta, conseiller municipal d’opposition

L’opposition dénonce le manque de rigueur, dans le suivi des dossiers, qui impacte la population et retarde des projets tels que la réhabilitation du marché du bourg, la rénovation de l’éclairage public, la sécurisation des écoles élémentaires, ou encore la reconstruction du stade municipal.
Autant d’investissement qui s’avèrent difficilement réalisables, en l’état actuel des finances de la commune, selon la CRC.

Jimmy Fausta et les autres signataires de la lettre ouverte précitée promettent de rester vigilants et de suivre les dossiers épinglés par la CRC. Ils sont dans l’attente de la stratégie qu’entend développer la majorité communale.

Une cabale politique, de l’avis du maire

Jean-Louis Francisque, le maire de Trois-Rivières, estime lui que le budget de sa commune est excédentaire. Il dénonce une cabale politique, tout en admettant des ratés.

C’est vrai que, suite à la saisine de la Chambre régionale des comptes, au mois de juin, il s’avère qu’il y a eu un toilettage s’agissant des restes à réaliser, c’est-à-dire des opérations inscrites dans le cadre du CDT [NDLR : contrat de développement territorial]. Aujourd’hui, la situation de la commune de Trois-Rivières est saine ! C’est un excédant que nous avons, qui nous permet de réinjecter des sommes sur des opérations réelles : le plateau sportif et le parking de bord de mer.

Jean-Louis Francisque, le maire de Trois-Rivières

Le maire parle ainsi d’un écart de 6.800 euros, qui a conduit à la saisine par la CRC.

Les autres opérations mentionnées par l’opposition sont des projets "mal ficelés par le Parti socialiste et ses leaders, dans le temps", rétorque Jean-Louis Francisque, en faisant référence à l’équipe de son prédécesseur Hélène Vainqueur-Christophe. Equipe dont il faisait partie.