Condamné en première instance pour un double homicide, Martin Tranchot a été acquitté en appel

justice
Salle du tribunal des Assises de Basse-Terre
©Ronan Ponnet
Dans l'affaire dite du "Diable", la cour d’assises d’appel a acquitté Martin Tranchot accusé de deux homicides, pour manque de preuve. Ses deux femmes ont été tuées à 8 ans d’intervalle. Le Parquet général avait requis 25 ans de réclusion.

Le samedi 17 avril 2021, Martin Tranchot surnommé le "Diable", était condamné à 24 ans de réclusion criminelle, avec 10 ans de suivi socio-judiciaire et la reconnaissance de troubles psychiques, soit une altération de son jugement.
Le Marie-Galantais de 52 ans était donc reconnu coupable des meurtres de ses deux épouses, Ginette Reyes, en 2008 et Belkys Pena de Jesus en 2016, en première instance. 

Après avoir fait appel, le dossier a été rouvert lundi 28 mars à la cour d’assises à Basse-Terre.

Si le parquet général a requis 25 ans de réclusion, son avocat Maître Laurent Hatchi, a plaidé l’acquittement pour absence de preuve. Il a convaincu semble-t-il les jurés. 

Une affaire très particulière

C'est la Consule de la République Dominicaine, à Pointe-à-Pitre, qui avait alerté la police, à l'époque.

Mais le dossier d'enquête était resté incroyablement vide : pas de corps, pas de témoin, pas d'information, pas d'analyse... Le terrain agricole de l'accusé (désormais jugé coupable), à Petit-Bourg, n'avait même pas fait l'objet de fouilles scientifiques et techniques.
Les arguments de l'accusation ne s'étaient appuyés que sur des impressions, de l'intime conviction, le double meurtre apparaissant comme l'hypothèse la plus crédible.

La seule déclaration à charge, faite par Martin Tranchot, en déposition : "Le Diable m'a interdit de me marier, alors il est venu chercher ma première femme... puis la seconde". 

Martin Tranchot est ressorti libre du tribunal, ce jeudi 31 mars 2022.