Coronavirus : Ce qu'il faut retenir de l'allocution du président de la République

coronavirus
Allocution Président de la République
Lors de son allocution, le président de la République, Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures, parmi lesquelles la fermeture des crèches, établissements scolaires et universités à partir de lundi, jusqu'à nouvel ordre. Ainsi que la tenue du premier tour des élections municipales le 15 mars. 
"Cette épidémie constitue la plus grave crise sanitaire qu'a connue la France depuis un siècle"... Dès les premières minutes de sa déclaration solennelle, la première depuis le début de l'épidémie de coronavirus qui touche la France, Emmanuel Macron réaffirme le sérieux de la situation. 
"Nous ne sommes qu'au début de cette épidémie" ajoute t-il. 
 

Les phrases et informations clés de l'allocution du président de la République

  • "L'urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables." "Je demande ce soir à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, aux personnes atteintes de maladies chroniques ou respiratoires et en situation de handicap de rester autant que possible à leur domicile" déclare Emmanuel Macron, dès les premières minutes de son discours. 
 
  • Toutefois, "Rien ne s'oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes", affirme le président de la République, confirmant la tenue du premier tour des élections municipales et communataires, le 15 mars prochain, car il faut assurer la "continuité de nos institutions". 
 
  • Toutes les crèches, tous les établissements scolaires et les universités seront fermés à partir de lundi "jusqu'à nouvel ordre" pour freiner l'épidémie de coronavirus, sur tout le territoire national, y compris les territoires d'outre-mer. Information confirmée par Annick Girardin, ministre des Outre-mer. 
 
  • Emmanuel Macron annonce également des mesures "exceptionnelles et massives" de chômage partiel, pour "protéger les salariés et les entreprises" face à l'épidémie du coronavirus.. "Je demande, dès que possible, aux entreprises de permettre à leurs employés de travailler à distance", ajoute t-il. 
    Un mécanisme qui ira "beaucoup plus loin" que les annonces déjà faites par le gouvernement pour "préserver les emplois et les compétences", a affirmé le président lors de son allocution télévisée. "L'Etat prendra en charge l'indemnisation des salariés contraints à rester chez eux. (...) Je veux que nous puissions protéger aussi nos indépendants, et donc nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour donner cette garantie sur le plan économique".
    Il a aussi annoncé le report des cotisations et des impôts dus en mars par les sociétés.
 
  • Il explique également avoir demandé au gouvernement de préparer "un plan de relance national et européen", invitant les 27 à "réagir vite et fort" et estimant que les décisions prises par la Banque centrale européenne ne seraient pas "suffisantes" face à la crise du coronavirus.
    "J'ai demandé au gouvernement de préparer d'ores et déjà un plan de relance national et européen cohérent avec nos priorités et nos engagements pour la France", a déclaré le président français dans une allocution sur le coronavirus. "Nous devons aussi porter une réponse européenne. La banque centrale a déjà aujourd'hui fait part de ses premières décisions. Seront-elle suffisantes ? Je ne le crois pas", a-t-il ajouté.
 
  • "Il faut éviter le repli nationaliste, ce virus n'a pas de passeport", a enfin appelé M. Macron, soulignant que les fermetures de frontières devront être décidées "à l'échelle européenne", le cas échéant.