Coronavirus : la rigueur des nouvelles procédures d'accouchement désappointe les futures mères

coronavirus
futurs parents
Les consignes sanitaires qui s'imposent durant cette période de confinement ont de multiples conséquences à tous les niveaux. Pour les futures mères, elles se traduisent par plusieurs mesures, dont l'absence du père lors de l'accouchement pour éviter toute propagation du virus lors de ses visites. 

Des précautions à prendre avant et après l'accouchement


Sarah, future maman qui réside aux Abymes, est inquiète. La jeune femme a posé une question*, par notre intermédiaire, au Dr Cécile HERRMANN-STORCK, médecin virologue au CHU de la Guadeloupe : « Je voudrais savoir si le Covid-19 atteint les femmes enceintes et quelles sont les dispositions à prendre, si cela arrive ? »
Voici la réponse du docteur :

L'accouchement sans le papa


Elles avaient déjà imaginé leur accouchement et se voyaient soutenues par leur conjoint pour ce moment important de leur couple. D'ailleurs, jusqu'à présent, ils avaient participé ensemble aux séances de préparation à l'accouchement chez la sage-femme.
Mais depuis, le Coronavirus s'est ajouté au programme et avec lui, le confinement et les mesures sanitaires drastiques. Encore plus d'ailleurs dans les milieux hospitaliers.
Et pour les futures mères, il faut désormais envisager l'accouchement seules, sans aucune personne de l'extérieur, y compris le futur père.
Une mesure que la plupart comprend même si elle les décontenance.

©guadeloupe

Pour le CIANE, le Collectif inter-associatif "Autour de la Naissance", les futures mères peuvent être accompagnées de leur conjoint(e) pour qu'il/elle assiste à la naissance de l'enfant, "sous réserves de conditions drastiques à respecter". Mais l'organisme admet, malgré tout, que certains hôpitaux peuvent prendre la décision d’interdir toute personne extérieure, même pendant l'accouchement. Après l'accouchement et jusqu'à sa sortie, la mère ne peut recevoir aucune visite. Le CIANE préconise d'ailleurs que :

"Les sorties précoces de maternité (au premier jour après l’accouchement) vont devenir la règle pour la majeure partie des femmes et des enfants, afin de limiter les risques de contamination à l’hôpital et de réunir les familles. Il est donc nécessaire de préparer à l’avance votre retour à la maison en contactant une sage-femme libérale".


Cas particulier cependant : si la future mère est atteinte du coronavirus COVID 19, elle ne peut être accompagnée que par les membres de l’équipe médicale durant son accouchement.
 

Y-a-t-il des risques de transmission du coronavirus COVID-19 de la mère à l’enfant ?


Sur ce sujet, le Collège National des Sages-femmes (CNSF) a répondu que 

“Les données montrant des résultats de prélèvements de cordon ombilical, de placenta et de liquide amniotique négatifs au COVID-19 alors que les mères sont confirmées infectées au COVID-19 +, laisserai suggérer qu’il n’y a pas de transmission verticale au fœtus. La transmission materno-fœtale reste à être démontrée. Aucune fœtopathie n’a été énoncée mais les données sont encore trop peu nombreuses pour conclure.” 


Il n’y a donc, pour l’instant, pas de raison de s'inquiéter si vous êtes atteinte du coronavirus. La Société Française de Néonatologie n'a fait aucune recommandation pour que l'enfant soit séparé de sa mère à la naissance, si la mère est atteinte. Elle devra cependant porter un masque et bien se laver les mains chaque fois qu'elle aura à s'approcher de son bébé.

Peut-on allaiter son enfant si on est atteint du virus ?


Les études menées à ce propos montre que “Le génome viral n’est pas révélé dans le lait maternel”. De fait, rien ne s'oppose à ce qu'une mère atteinte du virus allaite son enfant ? Mais là aussi, il lui faut respecter scrupuleusement les mesures de protection : mettre un masque pendant l'allaitement, se laver les mains avant de toucher le nourrisson, le tire lait ou un biberon. 


*Pour consulter les autres numéros de cette rubrique "Covid-19 : une question, une réponse", vous pouvez cliquer ici : la playlist Facebook "Covid-19 : 1Q1R".
 Sources :

http://www.cngof.fr/
https://www.societe-francaise-neonatalogie.fr/
https://www.cnsf.asso.fr/
https://ciane.net/