COVID-19 : la campagne de vaccination stagne, en Guadeloupe

coronavirus
Point sur la campagne de vaccination, en Guadeloupe
Point sur la campagne de vaccination, en Guadeloupe ©Rodrigue Lami - Guadeloupe La 1ère
Le vaccinodrome et les pharmacies qui proposent la vaccination anti-Covid-19 sont unanimes : la campagne est au ralenti, en Guadeloupe. Ils ont réduit leurs activités, en la matière. Outre les candidats à la dose de rappel, les Guadeloupéens soient désormais peu nombreux à être intéressés par ce moyen de lutte contre le virus qui sévit depuis plus de 2 ans.

L'épidémie de Covid-19 est toujours d'actualité, en Guadeloupe comme ailleurs dans le monde.
La principale arme qui a été proposée à la population, en France, est la vaccination.
Mais force est de constater que, dans l'archipel, la campagne est plus qu'au ralenti, alors que le taux de personnes y ayant eu recours est faible.

Les taux de couverture vaccinale des personnes de plus de 12 ans en Guadeloupe sont les suivants :

  • 1ère dose : 45,61 % 
  • 2ème dose : 43,10 %
  • 3ème dose : 23,27 %

235 premières doses de vaccination et 166 deuxièmes doses ont été enregistrées, en Guadeloupe, chez les enfants de 5 à 11 ans.

L'activité en vaccinodrome

Le centre de vaccinations de l'aéroport "Pôle Caraïbe" est fermé.

Le seul vélodrome en activité, dans l’archipel, est donc celui de Gourdeliane, à Baie-Mahault, à ce jour.
Plus de 17500 personnes y ont reçu le vaccin contre la Covid-19.
C’est le vaccin Pfizer qui y est proposé d’emblée. Le Novavax (sans ARN messager) est lui accessible sur rendez-vous. Les enfants sont principalement accueillis le mercredi après-midi.
Sur place, pas besoin de prendre rendez-vous. Ce sont des soignants qui opèrent, en présence d’un médecin.

Tous ces professionnels ne cherchent nullement à influencer les personnes qui se déplacent uniquement pour se renseigner, explique Isabelle Behnke, la coordinatrice des centres de vaccination de la Région Guadeloupe, qui est chargée des opérations menées au sein du vaccinodrome de Gourdeliane et à bord du Vaccibus. Ils interviennent en dehors de toutes annonces politiques.  

On n’est pas là pour forcer quoique ce soit. On est là pour que les gens, s’ils ont des questions, puissent poser leurs questions. Il y a des soignants, il y a des médecins, il y a des infirmiers… et puis ils peuvent repartir après.

Isabelle Behnke, coordinatrice des centres de vaccination de la Région Guadeloupe

La campagne de vaccination est considérée comme stable, en Guadeloupe, par Isabelle Behnke :

On tourne autour des 200 à 250 personnes vaccinées, par semaine, depuis à peu près trois semaines (…)  Il y a de tout ; majoritairement pour des troisièmes doses, mais le nombre de premières doses augmente, lentement mais sûrement.  

Isabelle Behnke, coordinatrice des centres de vaccination de la Région Guadeloupe
Isabelle Behnke, coordinatrice des centres de vaccination de la Région Guadeloupe ©Mickaël Bastide et Rodrigue Lami - Guadeloupe La 1ère

Mickaël Bastide et Rodrigue Lami ont rencontré, à Gourdeliane, une patiente qui a accepté de témoigner anonymement.
Si elle avait eu le choix, elle ne se serait pas fait vacciner. Mais parce que cela est obligatoire, pour qu’elle puisse exercer son métier, elle a sauté le pas.  

J’ai pris beaucoup, beaucoup de temps, avant de me faire vacciner. J’attends même la dernière minute, s’il le faut.

Patiente qui vient de se faire vacciner  
Patiente qui vient de se faire vacciner - 28/03/2022. ©Mickaël Bastide et Rodrigue Lami - Guadeloupe La 1ère

Le vaccinodrome de Gourdeliane ne fermera que sur une décision préfectorale, en lien avec l’agence régionale de santé (ARS).

Vaccinodrome de Gourdeliane, à Baie-Mahault
Vaccinodrome de Gourdeliane, à Baie-Mahault ©Rodrigue Lami - Guadeloupe La 1ère

La vaccination en pharmacie

Certains candidats à la vaccination préfèrent se tourner vers leur pharmacie habituelle, où ils sont pris en charge par des professionnels qui les connaissent, ce qui est rassurant pour eux, selon Laura Sarda. Ce docteur en pharmacie, qui exerce aux Abymes, évoque aussi le fait que dans les officines, les personnes n’ont pas à faire la queue, puisque la vaccination est proposée sur rendez-vous.

Pour autant, les volontaires ne se bousculent pas, désormais, là non plus : 

Ça s’est bien calmé depuis à peu près un mois. On avait, à l’époque, quatre séances de vaccination par semaine et, là, on est passés à une séance de vaccination tous les 15 jours, voire toutes les semaines.

Laura Sarda, docteur en pharmacie
Laura Sarda, docteur en pharmacie, exerçant aux Abymes ©Mickaël Bastide et Rodrigue Lami - Guadeloupe La 1ère

Aujourd’hui, beaucoup de ceux qui se présentent sont des personnes qui viennent faire leur rappel, confirme la pharmacienne.  

Notons que les médecins de ville et les centres hospitaliers aussi peuvent vacciner.

Enfin, des centres communaux sont encore ouverts et proposent ce service à ceux qui en font la demande.