Covid-19 : la Guadeloupe n'est plus en état d'urgence sanitaire

coronavirus
Contrôle confinement pap
©Jean-Marie Mavounzy
L'état d'urgence sanitaire a cessé de s'appliquer sur le territoire de la Guadeloupe ce 14 novembre à minuit. L'annonce avait été faite mercredi par le préfet Alexandre Rochatte, lors d'un point de situation hebdomadaire à Basse-Terre.

La Guadeloupe a franchi une nouvelle étape, ce dimanche soir (14 novembre), à minuit. C'est la 3e phase de déconfinement et l'état d'urgence sanitaire a été levé. La population devrait retrouver une vie lestée de nombreuses restrictions. 

Après avoir subi une meurtrière quatrième vague, l'archipel connaît désormais une situation épidémique "plutôt stable", a indiqué lors de la conférence de presse du mercredi 10 novembre, Valérie Denux, la directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS).
Du 1er au 7 novembre 2021, "166 nouveaux cas positifs ont été dépistés sur le territoire", en baisse par rapport à la semaine précédente. Le taux d'incidence est de 44/100 000, le taux de positivité s'élève à 1,4% et le facteur de reproduction du virus dépasse à peine 1%.

"Nous allons rentrer dans la 3e phase de déconfinement pour retrouver la manière de vivre aujourd'hui en France hexagonale", expliquait le préfet, mercredi dernier, en annonçant la fin du couvre-feu "à compter de dimanche soir" et des jauges qui "seraient modifiées" pour certaines activités. 

Désormais, les établissements sportifs couverts, de plein air, les salles de réunions, de spectacles ou à usages multiples peuvent accueillir du public sous réserve d’une distanciation physique d’au moins un mètre entre deux
personnes, soit un siège sur deux sauf pour les membres d’une même famille. Le port du masque y reste toutefois
obligatoire.

Les magasins de vente et centres commerciaux sont tenus de respecter une surface minimale de quatre
mètres carrés pour chaque client accueilli.

Les tests de dépistage du Covid-19 "resteront gratuits" jusqu'au 6 décembre et l'ARS a commandé à Santé Publique France "une enquête de séroprévalence" afin de "connaître l'immunité collective sur le territoire et adapter notre méthodologie de suivi de l'épidémie".

L’allègement des mesures ne doit pourtant pas faire oublier les gestes barrières et la distanciation physique. Le lavage des mains et le port du masque, y compris en extérieur, sont toujours de mise dans l’ensemble du département.