Covid 19 : La réponse de l'ARS au courrier du directeur du CHU

coronavirus
Cmmuniqué ARS
Suite au courrier de Gérard Cotellon, le directeur du CHU de la Guadeloupe, décrivant la situation très critique de l'établissement face à l'afflux de cas de Covid, l'ARS répond par voie de communiqué de presse. Valérie Denux, sa directrice sera l'invité du JT de Guadeloupe La 1ère, à 19h30.
C'est par un communiqué intitulé "Un territoire sous très haute surveillance par les autorités sanitaires" que l'ARS répond au courrier du directeur du CHU.

Courrier qui dresse une situation préoccupante, un système au bord de la saturation. Dans ce courrier, Gérard Cotellon établit une liste de propositions : des renforts en ressources humaines, la mise à contribution des autres établissements de santé, mais aussi sociaux et médico-sociaux, les transferts de patients vers la Martinique et l'Hexagone.

Dans le même temps, le syndicat UTS-UGTG convoquait une conférence de presse afin réclamer des mesures permettant au CHU de faire face à l'épidémie. 

La présidente du Conseil départemental et du Conseil de de surveillance du CHU a elle aussi fait bloc autour de la communauté hospitalière. 

 


Lire aussi : L'ensemble de la communauté médicale au diapason réclame à l'Etat les moyens de faire face à l'épidémie


Les territoires de la Guadeloupe et des Îles du Nord sous très haute surveillance, selon l'ARS

 
L'ARS n'a donc pas tardé à réagir. Elle affirme que depuis la mi-juillet les territoires de la Guadeloupe et des îles du nord sont sous très haute surveillance depuis l’apparition d’un premier cluster, mais qu'en dépit des mesures prises et des messages de prévention, la diffusion de l’épidémie s’est intensifiée depuis 4 semaines.

Elle indique qu'un travail de planification de montée en puissance du système de santé a défini une mise en œuvre en 6 niveaux d’activation du système de santé.
 

Le travail entre l’ARS et les établissements de santé publics et privés est quotidien afin de garder en permanence une vision sur la situation.



L’ARS fait savoir qu'elle avait demandé mi-août aux directions des établissements de santé de mettre en place leur plan blanc dès qu’ils l’estimeraient nécessaire pour appliquer le plan de montée en puissance du système de santé.
 

Le CHU l’a fait le 23 août, le CH de Saint-Martin le 24 août. La clinique des Eaux claires l’a activé et le CHBT est en alerte pour déclencher le sien.


Selon l'agence de Santé, la Clinique des Eaux claires et le Centre hospitalier de Basse-Terre soutiennent le CHU en prenant en charge des patients non COVID relevant des soins critiques.

L'ARS reconnaît que le CHU qui a atteint le niveau 4, aura besoin de soutien supplémentaire pour tenir dans la durée et aller au niveau supérieur.
 

La réserve sanitaire en est actuellement à sa 12e rotation et son appui sera poursuivi et renforcé.


L'Agence régionale de santé ajoute que l’évaluation des besoins se fait en lien très étroit avec les établissements de santé.


Des évacuations sanitaires vers l'Hexagone à l'étude 

Concernant la déprogrammation des interventions chirurgicales non covid, une situation est difficile pour les patients non COVID, L'ARS, en lien avec le niveau national, travaille sur la possibilité de mettre en place des EVASAN vers la métropole pour ces patients si nécessaire. 


De même que l'activation du plan ORSAN territorial

L'autorité sanitaire décidera, en fonction du point de cette fin de semaine, de l'activation du plan ORSAN territorial.  L'ARS pourra alors reprendre la main sur la régulation des flux de patients entre les établissements de santé du territoire et permettre une optimisation des ressources territoriales. 


Le soutien de la Martinique pour les besoins de réanimation.


Selon l'ARS,
 

un travail en lien avec la zone est réalisé et la Martinique soutient la Guadeloupe notamment pour les besoins de réanimation



L'ARS conclut ainsi :

Le courrier du CHU est venu formaliser un travail que nous conduisons actuellement en commun afin de bien tracer nos échanges et fixer les actions à poursuivre ou à réactiver. Une réponse formelle lui sera adressée.


Dans son courrier, Gérard Cotellon écrit qu'il a évoqué de manière répétée depuis le déclenchement du plan blanc, les besoins du CHU, lors des conférences hebdomadaires de crise de l'ARS. 

Valérie Denux est l'invitée du journal télévisé de Guadeloupe La 1ère, ce soir 19h30