La crise sanitaire du coronavirus a engendré une crise sociale et l'émergence de nouveaux pauvres

société
Banque alimentaire
©USEPA
Le Covid-19 nous a fragilisé, quelque soit notre département. Il n'y a pas encore d'étude en Guadeloupe, sur la question, mais nombreux sont ceux qui ont basculé dans la pauvreté. Les épiceries solidaires voient apparaître de nouveaux bénéficiaires depuis le confinement. 
La crise sanitaire qui a frappé le monde est doublée d'une crise sociale, voire crise alimentaire, pour de nombreux foyers. Le confinement a été une rude épreuve pour les Français, mais plus encore pour les familles et personnes faisant face à des difficultés financières. Certains ont basculé dans la pauvreté. 
 

De plus en plus de personnes se tournent vers les banques alimentaires

Que ce soit dans l'Hexagone ou dans nos départements d'Outre-mer, le confinement a eu pour certains, comme conséquence, la perte d'un emploi, une aggravation d'une situation déjà délicate... 
De nombreux secteurs d'activité étaient à l'arrêt durant le confinement. Certains ne redémarreront pas prochainement. La France risque crise sociale importante. Crise amorcée par le coronavirus et le confinement. 
Pour Jacques Bailet, le président de la Fédération des banques alimentaires, hausse de la précarité alimentaire et chômage sont étroitement lié. Ces derniers mois, les banques alimentaires ont enregistré une hausse de 20 % des demandes. 
Actuellement, plus de cinq millions de personnes bénéficient de l’aide alimentaire. Chiffre qui risque d'atteindre les 7 millions d'ici peu. 
Si le gouvernement a débloqué 39 millions d’euros pour l’aide alimentaire, les associations sur le terrain redoute de ne pouvoir faire face à l'afflux de demandes. 

La Guadeloupe n'échappe pas à la situation. Chez nous également, les banques alimentaires ont été très sollicitées durant le confinement. Un soutien pour de nombreuses familles qui perdure...
A (re) voir le reportage de Marie-Lyne Plaisir et Olivier Duflo :