Crise sociale : fin de la garde à vue d'Elie Domota

social
Libération Elie Domota
©Jean-Marie Mavounzy
Après un peu plus de 3 heures, la garde à vue d'Elie Domota a été levée, ce jeudi 30 décembre. Le porte-parole du LKP avait été interpellé, durant la mobilisation du collectif des organisations de lutte, aux Abymes, en début d'après-midi.

C'est sous les acclamations des sympathisants et manifestants du collectif des organisations en lutte qu'Elie Domota est sorti libre du commissariat de Pointe-à-Pitre, ce jeudi 30 décembre, vers 18h30.
Libre, mais convoqué devant le tribunal correctionnel le 7 avril prochain. 

Le porte-parole du Lyannaj kont pwofitasyon a été arrêté, peu avant 14 heures, au rond-point de Petit-Pérou, aux Abymes. Les manifestants, après avoir sillonné les rues pointoises, avaient pris la direction des Abymes, s'étaient retrouvés face aux forces de l'ordre. Des barrières avaient été installées sur la route pour empêcher au cortège de passer. 
Et c'est précisément ce qui a mis le feu aux poudres... Soulevant les obstacles afin d'avancer, le collectif, Elie Domota en tête, mains en l'air, a tenté de se frayer un passage. Des manifestants repoussés par des bombes lacrymogènes tirées par les forces de l'ordre. 
S'en est suivie l'interpellation du syndicaliste au giratoire. 
Menotté par les gendarmes, il a ensuite été remis aux policiers, qui l'ont conduit, débarrassé de ses entraves, au commissariat de police de Pointe-à-Pitre. 

Très vite, de nombreux manifestants se sont rassemblés devant le bâtiment, attendant la sortie du leader syndical. 

De son côté, l'UGTG a très rapidement réagi, parlant d'agression des gendarmes à l'encontre du dirigeant, considérant que l'arrestation du porte-parole du LKP était "une provocation". 

Ce n'est que 4 heures après le début de sa garde à vue qu'Elie Domota a été libéré, sous le coup de plusieurs chefs d'accusation. Il est poursuivi pour violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l'autorité publique, refus de prise d'empreinte et refus de prélèvement. 

Dès sa sortie de garde à vue, le porte-parole du LKP a réaffirmé son engagement contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire et demandé, à nouveau, la tenue de négociations. Il a d'ores et déjà annoncé que la mobilisation reprendrait de plus belle, au mois de janvier. 

Il est interrogé par Gessy Blanquet et Jean-Marie Mavounzy :

©Guadeloupe

Le chef de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, s'est réjoui de cette libération. "Elie Domota est libéré! La Guadeloupe sait se faire respecter! Bonne fête Elie", a-t-il tweeté.