Cuba : un second pompier décède dans l'incendie du dépôt pétrolier

océan atlantique
incendie cuba
Un second pompier est décédé dans l'incendie du dépôt pétrolier. ©YAMIL LAGE / POOL AFP
Les autorités cubaines ont annoncé ce jeudi le décès d'un second pompier, hospitalisé pour de graves brûlures causées par l'incendie aujourd'hui "sous contrôle" qui s'est déclaré il y a six jours dans un dépôt pétrolier.

Quatorze autres pompiers sont portés disparus, pour la plupart depuis samedi, 6 août, à l'aube lorsqu'une explosion a soufflé un premier réservoir en feu, frappé vendredi par la foudre.

"Un patient qui était dans un état extrêmement critique (...) est décédé la nuit dernière", a annoncé le ministre de la Santé José Angel Portal sur le compte Twitter de la présidence. 


Ce pompier de 24 ans est la deuxième victime officielle du gigantesque incendie "sous contrôle et en cours de liquidation", après le décès annoncé samedi d'un autre pompier de 60 ans. 
"Dans 48 heures, les conditions devraient être réunies pour pénétrer sur le site de l'incendie et récupérer les corps des disparus", a déclaré la brigade de pompiers cubaine, via le compte Twitter de la présidence. 
"Sur les images radar, la fumée provenant de l'incendie diminue", a déclaré la ministre des Sciences, de la Technologie et de l'Environnement, Elba Rosa Pérez, citée par la présidence. Selon elle, "la surveillance de la qualité de l'air confirme que la pollution atmosphérique a diminué" et "il n'y a pas de confirmation que des personnes aient été intoxiquées par les fumées" dégagées. 

L'incendie du dépôt pétrolier de Matanzas, le plus grand de Cuba, à 100 km à l'est de La Havane, a fait 130 blessés, dont 22 sont toujours hospitalisés, selon un dernier bilan. 
Quatre réservoirs pouvant contenir jusqu'à 52 millions de litres de pétrole brut ou de mazout ont été brûlé. Cuba a reçu l'assistance du Mexique et du Venezuela qui ont envoyé du matériel et des spécialistes des incendies pétroliers. 
La perte de ces millions de litres de combustible, stratégique pour alimenter les centrales thermoélectriques du pays, devrait aggraver la situation déjà tendue de l'approvisionnement électrique sur l'île.