Dans l'attente d'un nouveau point Covid, des mesures renforcées mises en place pour les voyageurs arrivant de Guyane

coronavirus
Alexandre Rochatte
©Laetitia Broulhet

Confinement ou pas confinement ? La question est de nouveau posée. Ce 24 avril, le préfet de région, tiendra un deuxième point Covid. Une conférence de presse durant laquelle il pourrait annoncer de nouvelles mesures restrictives, si le nombre de cas positifs est en augmentation, dans l'archipel. 

Depuis près de deux semaines déjà, Alexandre Rochatte met en garde. La Guadeloupe pourrait être reconfinée, si une augmentation alarmante des cas de Covid-19 était enregistrée sur le territoire.

La Guadeloupe, dans l'attente

Ce mercredi 21 avril, lors du point presse hebdomadaire de la préfecture et de l'Agence régionale de santé, cette éventualité a, de nouveau été abordée. Avec 747 nouveaux cas, les autorités ont estimé que l'épidémie était relativement "stable" dans l'archipel.
Stable, mais toujours inquiétante. Et si les Guadeloupéens ont échappé à un nouveau renforcement, c'est uniquement parce que la visibilité sur les résultats des tests réalisés des nouvelles mesures appliquées depuis samedi soir 17 avril et lundi 19 avril, (notamment l’abaissement de l’horaire du couvre- feu à 19 heures), ne permettaient pas encore au préfet de décider si elles devaient être renforcées ou si elles se sont avérées suffisantes pour ralentir et inverser la progression épidémique actuelle.

Ainsi, un nouveau point sera fait ce samedi 24 avril, à 16h30, avec les données des 5 premiers jours de la semaine. Préalablement, le comité de suivi Covid-19 et donc une concertation avec le comité des élus aura lieu. 

Un nouveau renforcement des mesures pour les voyageurs en provenance de Guyane

Dans l'attente de ce possible reconfinement, à l'instar de la Martinique, les autorités s’alignent sur les mesures appliquées à Paris aux voyageurs en provenance de Guyane. Une série de mesures pour contrer le variant brésilien.

Face à la résurgence de l’épidémie de Covid-19 sur en Guadeloupe, à la prévalence majoritaire du variant brésilien de la covid-19 parmi les cas positifs testés en Guyane et à la fermeture des frontières entre la France et le Brésil, le préfet de la région Guadeloupe, en coordination avec le préfet de la Martinique et le préfet de la Guyane, a décidé la mise en place de mesures de sauvegardes vis-à-vis des vols de voyageurs en provenance de Guyane par voie aérienne.

Dans ce cadre, les contrôles au départ et à l’arrivée des justificatifs de test PCR et des motifs
impérieux en provenance de ce territoire sont renforcés, tandis que la fréquence des vols depuis Cayenne à destination de Pointe-à-Pitre a été réduite.
Également est mis en place la réalisation d’un test antigénique systématique, à l’aéroport, pour tous les
passagers au débarquement des vols en provenance de la Guyane.

Ainsi, à compter du samedi 24 avril, les voyageurs en provenance de Guyane arrivant en Guadeloupe :

  • ont l'obligation de présenter un résultat négatif d’un test RT-PCR réalisé dans les 36 heures précédant le vol ou d’un test RT-PCR de moins de 72 heures accompagné d’un auto-test ou d’un test antigénique de moins de 24 heures ;
  • doivent justifier d’un motif impérieux d’ordre professionnel, familial ou de santé ;
  • doivent respecter un isolement prophylactique de dix (10) jours à l’adresse en Guadeloupe qu’ils auront indiquée et qui sera attestée par un justificatif de domicile. Un contrôle du respect de cet isolement, qui sera notifié par décision préfectorale, sera systématiquement effectué par les forces de l’ordre. Un test RT-PCR en fin de quarantaine sera à effectuer. Aucun transit n’est autorisé avant la fin de la quarantaine.
  • doivent signer une déclaration sur l’honneur attestant :
  1. qu’ils ne présentent pas de symptôme d’infection à la covid-19 ;
  2. qu’ils n’ont pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de covid-19 dans les quatorze jours précédant le vol ;
  3. qu'ils acceptent qu'un test ou un examen biologique de dépistage virologique de détection du SARS-CoV-2 puisse être réalisé à l’aéroport à leur arrivée ;

Les voyageurs devront présenter, avant l’embarquement, aux compagnies aériennes cette déclaration sur l’honneur accompagnée des documents justificatifs.