Des candidatures en cascade pour les élections régionales

élections
Conseil régional Guadeloupe
©DR

En Guadeloupe, onze têtes de liste ont déjà annoncé leurs candidatures en vue des élections régionales, les 20 et 27 juin prochains, dont la présidente du Conseil départemental, Josette Borel Lincertin, qui a déjà été à la tête de la collectivité régionale entre 2012 et 2014.

Josette Borel Lincertin mènera la Fédération guadeloupéenne du Parti socialiste (FGPS) face à l'actuel président de Région, Ary Chalus, élu en 2015 à la tête d'une liste divers gauche, qui va briguer un nouveau mandat, mais n'a pas encore officiellement présenté sa liste.

"Je serai candidat, on travaille avec le président de Guadeloupe Unie Solidaire et Responsable (GUSR) et nos amis", a-t-il indiqué mi-avril. Le président de Région avait soutenu la candidature d'Emmanuel Macron en 2017 et figure parmi les membres du bureau exécutif de La République En Marche.
Max Mathiasin, député de la troisième circonscription de Guadeloupe, a lui présenté une liste d'union de plusieurs composantes de la gauche locale. Ancien membre de la FGPS, dont il a été Premier secrétaire de 2011 à 2015, il représentera le Parti Progressiste Démocratique Guadeloupéen (PPDG), le Parti Autonome Réformiste Écologiste Éducationnel (Parée) et le Parti socialiste Guadeloupéen (PSG).

Du côté du Rassemblement National, c'est la députée européenne Maxette Pirbakas qui conduira la liste locale. Cette agricultrice et militante syndicale s'était lancée en politique avec le RN aux élections européennes de 2019, remportées par le parti en Guadeloupe.

Europe Écologie Les Verts, via sa fédération locale, sera représenté par Christian Civilise qui est officiellement candidat depuis le 9 avril.

Pour Combat Ouvrier, c'est le secrétaire général de la CGT Guadeloupe, Jean-Marie Nomertin qui conduira la liste présentée le 29 avril.

Porteur d'un projet autonomiste, le Comité d'initiative pour un projet politique alternatif (CIPPA) a été le premier à dévoiler ses intentions le 14 mars, derrière son président Alain Plaisir.

La mouvance nationaliste sera elle représentée par l'Alyans Nasyonal Gwadloup, et son porte-parole Wonal Selbonne, qui s'est déclaré le 25 avril.

Ce rendez-vous électoral sera aussi marqué par la présence d'une liste citoyenne portée par le mouvement Sentinelles et son leader Eric Coriolan, qui s'est fait connaître pour son opposition au port du masque et à l'implantation de radars tourelles.

Enfin, deux partis émergents créés en 2021, Renaissance Guadeloupe, avec sa tête de liste Sylvain Porlon, et La Guadeloupe Consciente en Action, représentée par Christelle Nanor, ont officiellement annoncé leur candidature.