Des personnels de l'Université des Antilles demandent des mesures de protection contre la progression du virus

éducation
Université des Antilles
©E. Stimpfling
A l'université des Antilles, une section syndicale tire la sonnette d'alarme, il s'agit du SPEG de l'UA. Elle réclame un dispositif adapté sur les campus pour faire face à la poussée du virus et de son variant Omicron. Selon le syndicat, il en va de la sécurité de tous les usagers de l'université.

Très peu de monde ce matin sur le campus de Fouillole. Et pour cause, les cours du second semestre n’ont pas encore démarré. Des cours désormais sous la menace du variant Omicron. Le syndicat SPEG SUP demande à ce que toutes les précautions soient prises, notamment dans certains bâtiments peu ou mal ventilés.

Fréderic Gerardin porte-parole du SPEG SUP

©Guadeloupe

Du côté de l’administration générale, on se veut rassurant. Aucun cluster n’a jamais été détecté sur le camp. L’essentiel des cours se fera une nouvelle fois en distanciel et des mesures particulières ont été prises pour les examens

Eustase Janky, président de l’Université des Antilles

©Guadeloupe

La direction et les partenaires sociaux de l’université doivent se rencontrer demain lors d’un CHSCT. Il sera notamment question de la mise en place de détecteurs de CO2 dans certains salles ne disposant pas de moyens d’aération.  

Université des Antilles 2
©E. Stimpfling