publicité

Drame Trois-Rivières : Le parquet de Basse-Terre passe la main au pôle criminel de Pointe-à-Pitre

Le procureur de la République à Basse-Terre va se dessaisir du dossier de l’homicide de l’homme de 45 ans abattu par des gendarmes, le 15 décembre dernier à Trois-Rivières. Le dossier sera confié au Pôle criminel de Pointe-à-Pitre.

© Thierry Philippe
© Thierry Philippe
  • Jérôme Boécasse
  • Publié le
Les obsèques de Didier Assor se tiendront ce week-end à Trois-Rivières. L’homme de 45 ans a été abattu le 15 décembre dernier par les gendarmes du PSIG, le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie nationale.
L’homme s’était enfermé et a menacé les militaires avec un coutelas. Il a été abattu de 7 balles.

De nombreuses interrogations subsistent

Que s'est-il réellement passé à La Regrettée, Trois-Rivières ? Didier Assor a été tué par une arme de service, après l'intervention d'un peloton de gendarmerie. Depuis, la famille est plongée dans le deuil et les interrogations sont nombreuses. 
Il y avait-il moyen d'éviter ce drame ? Pourquoi ne pas avoir utilisé un taser pour maîtriser l'individu ?
L'autopsie de la victime a été pratiquée en début de semaine. Sans surprise, le décès est conséquent aux tirs provenant de l'arme du gendarme. 7 impacts de balles ont, en effet, été retrouvées sur le corps de la victime. Une autopsie qui a également révélée une 8ème marque, celle-ci serait compatible avec un tir de flashball. 
La thèse de la légitime défense est privilégié par la justice.
Le parquet de Basse-Terre va se dessaisir au profit du pole de l’instruction de Pointe-à-Pitre.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play