publicité

Des écoles fermées à Goyave à cause des sargasses, un ponton de désenclavement à Terre de Bas, La Guadeloupe fait face aux sargasses

La ville de Goyave va entreprendre des travaux pour délocaliser l’école de Christophe impactée par les émanations dégagées par les algues sargasses. Trois écoles seront fermées aujourd’hui. Aux Saintes, un ponton a été installé pour désenclaver Terre de Bas

© Outremer La 1ère
© Outremer La 1ère
  • Guadeloupe La 1ère
  • Publié le , mis à jour le
La grosse offensive un peu partout pour lutter contre l’invasion des algues sargasses.
La commune de Goyave va délocaliser les enfants de l’école de Christophe. Ils sont en première lignes des émanations de gaz dégagées par la décomposition sur le littoral de ces algues brunes. De l’hydrogène sulfuré dangereux. La commune organise une conférence de presse ce matin pour expliquer.
Au total 3 établissements seront fermés aujourd’hui. L’école de Christophe, celle de la Zac de l’aiguille et l’école Danielle Oulac-Danican. Les écoles de la Zac De l’Aiguille et Oulac Danican seront fermées pour cause de travaux. Elles doivent accueillir les enfants de la première école.
Le maire Ferdy Louisy demande aux parents de garder les enfants aujourd’hui pour ces trois écoles.
FERDY LOUISY MAIRE DE GOYAVE
Les travaux commenceront ce vendredi et dureront tout le week-end. Les élèves de Christophe seront accueillis dès lundi dans les 2 autres établissements.
Mais ces dispositions ne concernent pas l’école François-Auguste qui fonctionne normalement avec cantine, transport scolaire…

Un nouveau ponton à Terre de Bas 

Le ponton flottant a été mis en place à Terre de Bas au lieu dit de la Poterie de Fidelin.
Avec l’aide de la SNSM, la société nationale de secours en mer qui a donné un coup de main pour mettre en place ce ponton de fortune pour aider les commerçants de Terre de Bas qui vivent un véritable blocus. Les algues sargasses empêchent tout accostage des bateaux régulier dans le port.
Après des travaux de terrassement un pont flottant a été mis en place hier soir à Terre de Bas à la Poterie Fidelin. Une solution trouvée dans ce point de l’île qui permet de contourner les échouages des algues sargasses au débarcadère. La SNSM, la société nationale de secours en mer a porter son concours pour aider à la mise en place de ce ponton salvateur. 

Eric Gélinet, le responsable de la station de sauvetage des Saintes.

Les maires de Guadeloupe quand à eux sont en colère et entendent frapper du poing sur la table pour obliger l’Etat a bouger dans ce dossier des algues sargasses.
Une réunion doit avoir lieu aujourd’hui à Sainte-Anne. Les édiles veulent mettre l’Etat devant ses responsabilités
© L. Théatin
© L. Théatin



Et pendant la réunion des maires de la Guadeloupe, la préfecture a tenu à préciser que :

"Depuis le début des échouages de sargasses sur les côtes de l’archipel, les services de l’État se sont mobilisés dans le cadre de la mission sargasses qui se réunit chaque semaine depuis un mois, pour apporter un soutien technique et financier aux collectivités qui en ont fait la demande.
A ce titre, une somme de 1M€ a été réservée au titre de la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) pour aider les communes à acquérir du matériel nécessaire à l'enlèvement des sargasses qui demeure la toute première priorité. Cette dotation est aujourd'hui consommée à près de 600 000 €. Elle couvre 80% des dépenses, le solde étant financé par le Conseil régional;

Par ailleurs, une dotation de 500 000 € est destinée à indemniser les collectivités qui doivent recourir à des entreprises privées lorsque les moyens disponibles localement ne sont pas suffisants pour répondre à la nécessité d'enlèvement des sargasses. Elle permet aussi d’accompagner les dispositifs permettant de renforcer l'information des Guadeloupéens au plan sanitaire.
A ce titre, près 100 000 € viennent d'être attribués pour le financement du matériel nécessaire à la mise en place d’un réseau de surveillance permanent de la qualité de l’air sur les sites impactés par la décomposition des algues. Ce dispositif est co-financé par le Conseil régional et Gwadair.
Ces dispositions et l'ensemble des mesures prises pour faire face aux échouages de sargasses seront présentées par le sous préfet de Pointe-à-Pitre aux maires et présidents d'intercommunalités lors de la réunion programmée par l'association des maires de Guadeloupe, le mercredi 16 mai à 15h."

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play