publicité

Libye : De Paris à Pointe-à-Pitre, des citoyens disent non à l'esclavage

Un reportage choc de la chaîne américaine CNN, cette semaine, a soulevé un vent de protestation. On y voit des êtres humains vendus aux enchères. Horreur et consternation... A Paris, comme à Pointe-à-Pitre, cet après-midi, des manifestants étaient réunis pour dire non à l'esclavage. 

© Yasmina Yacou
© Yasmina Yacou
  • Guadeloupe 1ère
  • Publié le , mis à jour le
C'est par message relayé sur les réseaux sociaux que l'appel a été lancé. Un appel spontané qui n'a pas attiré foule, cet après-midi, sur la place de la Victoire, à Pointe-à-Pitre. Des citoyens militants ont voulu afficher leur solidarité et leur désir de ne pas voir l'Histoire se répéter.

De Pointe-à-Pitre à Paris, tous solidaires

Ils étaient une trentaine, réunis sur la place de la Victoire, pour dire non à l'esclavage. Une manifestation qui faisait suite à un reportage diffusé sur la chaîne américaine CNN, dans laquelle, des journalistes assistaient à une vente aux enchères de migrants, en Libye. Un reportage qui mettait en lumière l'horreur que subissent ces personnes qui quittent leur pays, souvent en guerre, pour sauver leurs familles, à la recherche d'une vie meilleure. Des réfugiés qui se retrouvent parfois entre les mains d'individus sans scrupules. 
Ces images diffusées dans la semaine ont déclenché l'indignation de nombreuses personnes. A l'instar du rassemblement organisé à Paris, devant l'ambassade de Libye, les Guadeloupéens ont, eux, aussi, voulu se mobiliser, en solidarité. Car ces images rappellent une part sombre de notre Histoire. 
Marie Gwadloup

Quelques personnalités, des citoyens concernés étaient présents. Parmi eux, des parents avaient tenu à venir accompagnés de leurs enfants, pour les sensibiliser à cette question. 
Mobilisation "Non à l'esclavage" Pointe-à-Pitre

Quelques heures plus tôt, à Paris, des centaines de personnes étaient rassemblées devant l'ambassade de Libye, dans le 15ème arrondissement. Selon La 1ère, de nombreux Ultramarins avaient fait le déplacement, venus clamer leur indignation après les images diffusées par CNN. Des manifestants qui répondaient à l'appel lancé par Claudy Siar, hier, vendredi. 
© T. Monconthour
© T. Monconthour


CNN au coeur de l'horreur 

Pour rappel, une équipe de la chaîne américaine a filmé en caméra cachée une vente aux enchères de migrants, dans la banlieue de Tripoli, en Libye.
Dans un reportage tourné fin octobre, dans la capitale libyenne, des journalistes de CNN sont allés enquêter sur le marché aux esclaves dans le pays. Il se produirait 1 à 2 ventes comme celle-ci, par mois, dans le pays, selon la journaliste Nima Elbagir, envoyée spéciale de la chaîne américaine. Après avoir pu approcher de près l'une de ces ventes sordides, elle raconte que 12 Nigérians ont été vendus sous ses yeux. Visiblement choquée, elle s'exprime devant la caméra : "Je ne sais pas quoi dire. C'était l'une des choses les plus incroyables que j'ai jamais vues". 
Sur la vidéo, on entend l'un des "vendeurs" : "Des garçons forts pour le travail à la ferme" lance t-il aux futurs "acquéreurs" avant de commencer l'enchère à 400 dinars, soit un peu moins de 250 euros. 

Indignation sur la toile 

Des séquences qui ont entraîné des prises de parole très engagées de personnalités de la communauté noire. L'un des premiers, Claudy Siar, animateur et chanteur, qui avait fait part de son indignation sur les réseaux sociaux. 


Le chanteur ivoirien Alpha Blondy avait lui aussi décidé de s'exprimer sur la toile, appelant les responsables politiques africains à prendre leurs responsabilités. 

 

Sur le même thème

  • société

    Les téléphones portables au placard pour 3 jours !

    Ce 6 février, la saint Gaston, a donné le coup d'envoi des 3 journées mondiales sans téléphone portable. Une initiative destinée à interpeller le public sur son rapport au mobile. Alors, cap ou pas cap ?

  • société

    Le harcèlement de rue bientôt puni par une amende de 90 euros ?

    5 députés ont travaillé sur les moyens de punir le harcèlement de rue. Leur rapport sera prochainement remis à Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. Le délit s'appellerait “outrage sexiste” et serait sanctionné par une amende de 90 euros

  • société

    Et si on se douchait trop ?

    La douche du matin ou celle du soir, voire celle du midi seraient-elles trop ? C'est en tout cas ce qu'affirment des scientifiques qui conseillent de ne plus se laver tous les jours, pour des raisons de santé... Pas sûr que l'idée remporte un franc succès... 

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play