"Eviter le désastre économique" : collectivités et CCI de Guadeloupe et de Martinique font des propositions au Gouvernement

économie
Pointe-à-Pitre
©pointeapitre.fr
Les présidents de la Région Guadeloupe et de la Collectivité territoriale de Martinique et les CCI des Antilles s'accordent sur la nécessité de mettre en place des dispositifs spécifiques, pour sauver nos économies insulaires. Elus et socio-professionnels ont respectivement écrit au Gouvernement.

Finie l'ère du "quoi qu'il en coûte" qu'avait annoncée, en tout début de crise sanitaire, en mars 2020, par le président de la République, Emmanuel Macron.
Hier (mercredi 25 août), le ministre de l'économie, Bruno Le Maire, a fait savoir aux entrepreneurs de France du Medef que les aides publiques allaient désormais être attribuées au cas-par-cas. Le soutien financier de l'Etat ne concernera donc plus l'ensemble des secteurs économiques. Le 30 août prochain, lors d'une réunion à Bercy, les difficultés rencontrées par certains secteurs (la culture, ou encore l'hôtellerie-restauration) seront évoquées. 
Cela se justifie par le fait que "l'économie française redémarre", a argumenté Bruno Le Maire.

Ce qui est loin d'être le cas en Guadeloupe et en Martinique.

En effet, outre le fait que beaucoup d'entrepreneurs se plaignent de n'avoir bénéficié d'aucune aide, voire très peu, durant les 18 premiers mois de la crise sanitaire, les jours de vache maigre semblent devoir perdurer, dans nos îles, toujours confinées et où la Covid-19 circule encore très activement. Les restrictions en vigueur ont de lourdes conséquences sur les économies locales.

Le monde économique et les élus plaident, donc, pour que des dispositifs particuliers soient instaurés, pour soutenir les entreprises.

La Région Guadeloupe et la Collectivité territoriale de Martinique montent au créneau

Le président de la Région Guadeloupe, Ary Chalus s'est associé à son homologue de la Collectivité territoriale de Martinique, Serge Letchimy, pour demander des ajustements et des mesures vigoureuses spécifiques, afin de faire face aux conséquences économiques liées à la gravité de la situation sanitaire. Les deux exécutifs ont co-signé un courrier adressé au Premier ministre, Jean Castex.

Ils souhaitent que soient adaptées les modalités d’application du dernier décret d’application du Fonds de Solidarité, "qui exclut les entreprises récentes, celles qui réalisent des activités saisonnières, ainsi que celles n'ayant pu présenter leurs demandes dans les temps, faute d'accompagnement comptable suffisant", écrivent les présidents des collectivités. 

Ary Chalus et Serge Letchimy proposent aussi d’augmenter le différé et la durée des remboursements du PGE (Prêt garanti par L’Etat), aux Antilles, entre autres ajustements à mettre en place, pour sauver le maximum de structures économiques, dont beaucoup sont à l'agonie.

Lettre d'Ary Chalus et Serge Letchimy à Jean-Castex - 24:08:2021

 

Les CCI font des propositions 

Même initiative de la part des Chambres de commerce et d'industrie (CCI) des îles de Guadeloupe et de la Martinique : elles se sont alliées, pour aider le Gouvernement à mesurer l'étendue des problématiques économiques des entreprises de nos îles, notamment les plus très petites entreprises (PE), qui représentent près de 80% du tissu économique local.
Une synthèse des travaux, menés sous l'égide des Chambres consulaires, avec leurs organisations socio-professionnelles respectives, a été adressée au ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu et au premier ministre, Jean Castex. Elle prend la forme de "propositions des acteurs du monde économiques des Antilles et de la Guyane" ; des mesures sont demandées, avec une application immédiate et prolongée jusqu'à la fin de la crise.

Eux aussi demandent le prolongement du Fonds de solidarité, pour l'ensemble des secteurs d'activité impactés par la pandémie et les restrictions liées. Les règles d'éligibilité, qui ont écarté trop de structures, doivent être assouplies, de leur point de vue.

Tout comme les élus, ils réclament aussi l'augmentation de la durée de remboursement du Prêt garanti par l'Etat (PGE).

Pour les secteurs en grande difficulté (les acteurs de l'évènementiel, les marins-pêcheurs...), les CCI et autres organisations souhaitent obtenir des compensations financières rétroactives.

Autres difficultés pointées du doigt : celles liées aux dettes sociales et fiscales, véritables "frein au redémarrage des entreprises". "L’accès au fonds de solidarité est conditionné au paiement des cotisations sociales et fiscales. Or la majorité des entreprises de nos territoires est confrontée à des difficultés de paiement des charges sociales bien avant la crise sanitaire." Celles échues et à échoir, au 31 Août 2021, doivent donc être gelées, selon les socio-professionnels.

C’est pour faire face à ces risques et éviter ainsi ce désastre économique et social que les signataires réclament des MESURES d’URGENCE avec une APPLICATION IMMEDIATE.

Covid-19 : propositions des acteurs du monde économique des Antilles et de la Guyane

 

Reportage

Illustration des difficultés rencontrées par les entreprises de Guadeloupe, en ces temps de confinement, avec ce reportage signé Patrice Gonfier et Ludovic Gaydu, qui ont interrogé Victor Venutolo, président des commerçants de Destreland et Pascale Augustin, directrice commerciale de West Indies Voyages :

©Patrice Gonfier et Ludovic Gaydu - Guadeloupe La 1ère