Face aux coupures d'eau, le système D des habitants de l'îlet Pérou à Capesterre Belle-Eau

cyclones
Encore privés d'eau, l'exaspération grandit pour les habitants de certaines communes du département. Malgré les travaux entrepris pour un retour à la normale, ils trouvent le temps loin et sont obligés de se débrouiller pour les actes du quotidien.

Plus de 58 000 abonnés étaient encore privés d'eau ce mardi 20 septembre, selon le Syndicat mixte de gestion de l'eau et de l'assainissement de Guadeloupe. Parmi eux, des habitants de l'îlet Pérou, à Capesterre Belle-Eau. 

Malheureusement, avec ou sans tempête, ils sont coutumiers des coupures d'eau. Depuis plusieurs années déjà. 

Contre mauvaise fortune bon coeur, chaque jour, ils trouvent des solutions. 

A quelques mètres des habitants coule une rivière. Le cours d'eau est pollué et la baignade interdite. Mais c'est la réserve à ciel ouvert des habitants des environs qui viennent régulièrement remplir leurs bouteilles d'eau. Qu'importe les risques sur la santé. 

A quelques minutes du centre-ville, la même scène peut être observée dans une autre rivière. Des dizaines de personnes, les pieds dans l'eau. 

Certains sont là pour se doucher, d'autres sont venus faire la vaisselle qui s'accumulait... Quelques uns profitent des pierres du bras de rivière pour laver les vêtements...

Des scènes qui rappellent une époque plus lointaine... An tan lontan... Celle des aïeux qui, sans eau courante, se rendaient à la rivière pour les mêmes tâches du quotidien. 

La municipalité à toutefois distribué des packs d'eau, notamment à l'îlet Pérou. Mais c'est encore trop peu face à la situation. 

A Capesterre Belle-Eau, plus de 5 500 foyers sont encore privés d'eau.