guadeloupe
info locale

Février – mars – avril 1968 : les procès qui ont marqué la Guadeloupe.

histoire
La Guadeloupe en Mai 67
L’après 1967, a été marqué par deux procès retentissants. Ce soir, 50 après, Guadeloupe La 1ère ouvre le dossier des procès des Guadeloupéens en 1968. Ce sera à partir de 20h05 sur notre antenne Télé 
Le premier de ces procès se déroule à Paris devant la juridiction spéciale que représente la cour de sûreté de l’état. Celle-ci juge 18 Guadeloupéens, tous militants politiques ou éditorialiste engagés au progrès social de Basse Terre. Un procès de 12 jours avec une forte orientation politique destiné à anéantir le groupement des organisations nationales de la Guadeloupe, (le GONG). Au terme des débats les accusés sont condamnés à des peines avec sursis ou relaxés.
Ils rentrent ensuite en Guadeloupe et participent  au volet Pointois de la suite judiciaire du massacre de Mai 1967. Un rendez-vous devant le tribunal correctionnel de Pointe à Pitre, qui sera très largement suivi par la population.
Février – mars – avril 68, une période qui donnera le coup d’envoi d’une nouvelle organisation ouvrière et paysanne dans l’archipel Guadeloupéen. Elle marquera aussi la fin des actions du GONG sur le territoire. Un coup fatal porté au mouvement indépendantiste naissant.

Que reste t-il de cette époque ?

En rappelant cette page d’histoire que la mémoire collective semble avoir oublié, Guadeloupe 1ere pose la question en proposant un magazine qui retrace les temps forts de ces deux procès.
Une émission en deux parties :
- Un documentaire qui donne la parole à différents acteurs des procès, dont deux avocats qui ont participé à la défense des prévenus. Maitres Henri Leclerc du barreau de Paris et Fred Hermantin du barreau de la Guadeloupe. Deux accusés, Serge Glaude et Louis Théodore, membres du Gong.
- Un complément en plateau avec les invités de la rédaction. Claude Makouke du Gong, jugé à Paris en 68. Me Patrice Tacita, avocat au barreau de Guadeloupe et auteur d’un roman consacré à Mai 67 qui vient de paraitre. Un jeune étudiant en histoire, Steeve Louis-Alexis-Borel qui s’intéresse à ces évènements récents.

©guadeloupe

VOIR AUSSI :

©guadeloupe


 

Publicité