Grand nettoyage à Petit Pérou aux Abymes

commerce
Grand nettoyage à Petit Pérou
Grand nettoyage à Petit Pérou ©R. Malety
Depuis la terrible nuit du 29 au 30, à Petit-Pérou aux Abymes, l'heure est au grand nettoyage. La plupart des commerçants de la zone se retrouve impactée et après les grands nettoyages, il faudra espérer les indemnisations, seules manières de pouvoir relancer les activités.

Pas le temps de se soumettre au découragement et pourtant, ici et là, les pertes sont lourdes et les situations sont aussi variées que difficiles. 
En la matière, la triste palme de ce palmarès revient probablement à Sébastien Nobin, et il s'en passerait bien. Mais le sort en a décidé autrement.

magasin d'instruments de musique
. ©R. Malety


Son magasin, il venait de l'ouvrir. Le mardi de cette semaine fatale, il proposait un nouveau magasin d'instruments de musique dans cette zone de Petit-Pérou aux Abymes. La montée des eaux du vendredi lui a été fatale. Tout est à recommencer, en espérant l'aide des assurances.

©Guadeloupe

ambulance
. ©R. Malety

Les assurances, Mike Mohandir espère beaucoup d'elles. Gérant d'une société d'ambulances, samedi matin son parc n'était que désolation. Mêmes les véhicules fraichement acquis se sont retrouvés sous les eaux. 

©Guadeloupe

De telles situations, les magasins du groupe Mouëza les ont connues plusieurs fois depuis leur installation dans la zone de Petit-Bourg. Mais à chaque fois, il a fallu y croire pour retrousser ses manches et repartir le plus vite possible. La concurrence est rude dans le secteur, il s'agit donc de tout mettre en œuvre pour que la clientèle fidèle n'aille pas chercher ailleurs ce qu'elle a toujours trouvé dans ces magasins.

©Guadeloupe

Nettoyage dans un magasin
Nettoyage dans un magasin de Petit Pérou aux Abymes ©R. Malety

Pas le temps donc d'avoir des états d'âme. Après la crise sanitaire, les mouvements sociaux, ce sont maintenant les catastrophes naturelles qui s'inscrivent sur la piste du slalom géant que tous ces commerces ont du affronter durant ces deux dernières années. Et à chaque fois il a fallu recommencer.