Incendie de la casse des Abymes : ils l'ont échappé belle mais qu'en sera-t-il la prochaine fois ?

incendies les abymes
Des véhicules calcinés après l'incendie de la casse
. ©R. Rilcy
Au lendemain de l'incendie de la casse Deloumeaux aux Abymes, les questions fusent dans tous les esprits et les commentaires vont bon train ici et là. Les plus concernés sont encore les voisins proches. Ils ont eu chaud et tous se demandent désormais si vivre à côté d'une telle entreprise revêt toutes les conditions de sécurité pour la casse et pour eux-mêmes

Le travail des pompiers et des responsables de Auto-Casse+ a été conséquent. C'est à peine si l'on peut voir qu'un incendie y a sévit la veille. Bien sûr, quelques packs de véhicules calcinés en témoignent encore, mais pour le reste, l'entreprise est déjà prête à fonctionner à nouveau. 

Casse des Abymes
Auto-Casse+ après l'incendie ©R. Rilcy

Et c'est peut-être ce qui inquiète le plus les riverains. Ils le savent, ils ne doivent leur salut qu'à l'absence de vent durant l'incendie, raison pour laquelle l'épaisse colonne de fumée montait de manière verticale, épargnant de fait tout le voisinage.

Charly Félimard vit derrière le mur de la casse. A leur arrivée, les pompiers sont immédiatement venus lui conseiller d'évacuer ses poules qui se trouvaient juste derrière le mur. La suite, il la raconte lui-même.

©Guadeloupe

Quant à savoir si une telle cohabitation peut encore continuer sans crainte, Charly Félimard préfère ne rien en dire. Il a toujours vécu en bonne intelligence avec le propriétaire de la casse, alors il ne veut pas le charger. Mais il ne craint pas moins pour son habitation.

Et il n'est pas le seul. Julien Nègre vit dans la même appréhension. D'ailleurs, la veille de l'incendie, il s'inquiétait déjà d'un tel risque.

©Guadeloupe

Ces craintes, la municipalité les comprend. Peut-être pour ménager la chèvre et le choux, elle préfère voir le bon côté des choses.

©Guadeloupe

L'incendie aura eu en tout cas un effet inattendu : Celui de permettre au voisinage de mettre des mots sur un sentiment qui les habitait sans qu'ils ne sachent comment l'exprimer.