Grève des mairies : les négociations n'ont toujours pas abouti

emploi
Conflit des mairies
©E. Golabkan

Depuis ce samedi matin, une rencontre entre l'UTC-UGTG et l'association des maires se tient à la salle des fêtes du Lamentin. Suspension de séance... Après dix minutes, l'UTC-UGTG a quitté la table des négociations en l'absence de documents demandés à l'issue de la réunion de jeudi dernier.

Le conflit des mairies est loin d’être terminé. Et c’est un véritable jeu du chat de la souris qui se joue.  A peine le deuxième round des négociations entamé samedi 13 mars, à la salle des fêtes du Lamentin, qu’une suspension de séance a déjà lieu.

Dans un premier temps, les deux parties adverses ont analysé chacune à leur tour les propositions et les contre-propositions. Les membres de l'UTC-UGTG se sont levés une première fois car ils avaient demandé des documents, relatifs à la carrière des contractuels du centre de gestion et à la Région, que ne leur ont pas fourni l’association des maires.

Conflit des mairies
©E. Golabkan

Ils ont déclaré qu’ils ne négocieraient pas tant qu’ils ne les auraient pas. Finalement, les documents ont été fournis mais cette fois une suspension de séance a été demandé de la part de l’association des maires, pour étudier la proposition de l’UTC-UGTG et de son Secrétaire Général, Nestorius Favel.

Selon, l’UTC-UGTG, les documents fournis ne seraient pas fiables. Ils ont signalé que tant qu’ils n’auraient pas les bons documents, les négociations n’avanceraient pas d’un iota.

Du coté des maires, on ne cachait pas sa déception d'une journée de petits pas même s'ils ont réaffirmer leur volonté d'avancer et d'en finir avec ce conflit pour retrouver un fonctionnement normal de leurs mairies.

On écoute Jocelyn Sapotille, Président de l'Association des maires de Guadeloupe, interrogé par Eddy Golabkan et Olivier Duflo :

Après une ultime suspension de séance ce samedi soir, les différents protagonistes se sont donnés rendez-vous lundi à 14h pour la poursuite des négociations. 

A (re)voir le reportage d'Eddy Golabkan et Olivier Duflo :