Le Guadeloupéen Damien Bissessar, chercheur prometteur

portraits
Damien BISSESSAR
©Damien BISSESSAR
Lauréat des « Talents d’Outre-mer » en 2019, à 28 ans, le jeune Guadeloupéen Damien Bissessar collectionne les succès, dans la recherche scientifique, en France et aux USA. Si Damien remporte son pari, il pourrait bien être l’un des 1ers à remonter le courant de la fuite des cerveaux.
Voilà un jeune qui a bien les pieds sur Terre, bien que la tête dans les étoiles… au sens propre !
 

La NASA sur son CV

Dans ses rêves les plus fous, pas un seul instant, il n’aurait imaginé enfiler la blouse des chercheurs de « Jet Propulsion Laboratory », le laboratoire de la prestigieuse agence spatiale américaine. 
Damien Bissessar est l’un des rares jeunes Français à participer au programme de recherche de la NASA. 

Ma mission, pendant un an, c’était d’essayer de former du fuel pour fusée, à partir de l’atmosphère de Mars. On dépense beaucoup d’énergie pour envoyer une fusée sur Mars. Le mieux, c’est de trouver un moyen de faire la recharge en fuel depuis la planète mars.

Damien Bissessar

Devant un tel discours, on comprend tout de suite que l’on est dans la cour des Grands.


Une aptitude à enseigner et à faire avancer la recherche

Le jeune homme n’est pas seulement un chercheur. Il aime transmettre ses connaissances. 
A Passadena, berceau de la NASA, Damien Bissessar enseigne la chimie aux étudiants de l’« Occidental College ».  
 
Tête bien pleine, le garçon est un docteur en chimie, adoubé par le jury de thèse de l’université de Strasbourg, deux ans plus tôt. 
Après ce doctorat de chimie, décroché avec les éloges du jury, le jeune Guadeloupéen s’immerge dans l’univers des molécules. Il déniche un antirouille naturel pour le plastique. 

Le sujet de ma thèse était de synthétiser de nouveaux antioxydants pour le plastique. Les antioxydants sont des petites molécules qui empêchent le plastique de vieillir. Ces molécules sont toxiques. La stratégie de l’entreprise Suisse qui finançait ces recherches était de valoriser le plastique avec des molécules non toxiques. Mon travail a consisté à synthétiser de nouvelles molécules non toxiques, mais efficaces contre le vieillissement du plastique.

Damien Bissessar

A 27 ans, Damien est déjà l’auteur de deux brevets et de trois publications scientifiques. 


Aspirations pour sa carrière future

Promis à une brillante carrière de scientifique, à l’étranger, il est profondément enraciné à sa terre natale. 
Le jeune homme, qui a grandi à Sainte-Marie, petit quartier de marins-pêcheurs de Capesterre-Belle-Eau, en Guadeloupe, voit grand pour son archipel, où il y a tant à faire, de son point de vue.

Les sargasses, nos ressources naturelles, le soleil. Il y a tant à faire chez moi. Et tant de projets, pour conduire la Guadeloupe vers son autonomie. Je voudrais aussi pouvoir transmettre, aux étudiants de l’Université des Antilles, mes connaissances, mon savoir.

Damien Bissessar

Mais le jeune scientifique envisage toutes les possibilités : si les portes ne s’ouvrent pas pour lui, en Guadeloupe, il repartira vers d’autres horizons.
 
©Guadeloupe La 1ère
(Reportage de Marie-Lyne Plaisir et Thierry Gayadine)
Les Outre-mer en continu
Accéder au live