Huit évacuations sanitaires cette semaine, et plusieurs autres programmées ces prochains jours

coronavirus
Evacuation sanitaire
©Rohny Maléty
L'épidémie provoque une augmentation des cas graves et oblige les autorités de santé, pour sauver des vies, à mettre en place des opérations exceptionnelles. L'opération Hippocampe permet de transférer les patients les plus gravement atteints par le virus vers les hôpitaux Français.

À 11heures, le 18 août 2021, les soignants embarqués dans un avion spécial affrété par Air Caraïbes procèdent aux derniers préparatifs pour accueillir les huits patients qui s'apprètent à être évacués vers l'Hexagone. À bord, des bouteilles d'oxygène, des respirateurs et des moniteurs pour analyser la tension cardiaque, tout l'équipement nécessaire pour s'occuper de malades gravement touchés par le virus. Il aura fallu 82 heures de travail pour l'acheminer et installer ce matériel, en vue d'un transatlantique tout à fait exceptionnelle. 

"Il y a un respirateur pour faire respirer le patient, tout les patients sont sous ventilation mécanique, intubés. La tension, la fréquence cardiaque, la saturation en oxygène seront surveillés en permanence tout le vol. Et puis nous avons tous les médicaments et le matériel pour faire les soins."

Lionel Lamhaut - médecin urgentiste, responsable de l'opération Hippocampe

 

Quatorze soignants et dix secouristes sont engagés dans l'opération. Tous justifient d'une expérience dans le transfert de malades, même si c'est la première fois qu'une opération d'une telle envergure est menée entre la Guadeloupe et la France.

"On parle de 8 malades dans un avion de ligne. Il y avait un challenge quant à l'oxygène embarqué, et l'électricité pour nos appareils, mais tout cela a été résolu grâce à un travail en lien avec le bureau d'Air Caraïbes"

Lionel Lamhaut - médecin urgentiste, responsable de l'opération Hippocampe

Les patients, malgré leur détresse respiratoire, ont été jugés aptes à supporter cette traversée. 

Nous avons évacué dix patients les deux dernières semaines de la montée en puissance de l'épidémie. Nous ferons une nouvelle rotation en début de semaine prochaine et accélérer petit à petit les évacuations sanitaires.

Valérie Denux, directrice de l'ARS

 

Les évacuations sanitaires permettent de soulager les établissements de santé de Guadeloupe en transférant les malades qui nécessitent le plus de soins vers les hôpitaux français.