publicité

C’était il y a exactement 30 ans, le 16 septembre 1989… Le cyclone Hugo ravageait notre archipel. Un ouragan de catégorie 4, qui fut a l’époque le plus puissant enregistré par les services de météo, avec des vents atteignant en rafale plus de 300 km/heure… Hugo le terrible a causé la mort de 4 personnes et occasionné des dégâts colossaux, laissant derrière lui près de 90 000 sinistrés

Un cyclone à jamais ancré dans les mémoires

A l’image d’Irma pour Saint-Martin, de Maria pour la Dominique, ou aujourd’hui de Dorian pour les Bahamas, l’ouragan Hugo reste aujourd’hui le cyclone de référence dans la mémoire des Guadeloupéens. Et cela 30 ans après son passage. C’était le 16 septembre 1989. Des vents atteignant plus de 300 km/h en rafale. L’ouragan, de catégorie 4, est alors le plus puissant jamais enregistré par les services de météo. 4 morts, près de 90 000 personnes sinistrées, et des dégâts immenses.

Pascal Pétrine, Guadeloupe La 1ère

L ETRANGE NUIT D HORREUR
 

30 ans plus tard nous sommes allés à la rencontre de celles et ceux qui ont vécu cet événement. Lucien Comminges, est un de ceux là. Il  habite,  Gros Cap Petit Canal, il a passé la nuit dans la maison de ses parents…. Agé de 25 ans à l’époque. Il nous raconte ce qu’il a vécu et qui restera à jamais graver dans sa mémoire.

Lucien Comminges, chanteur de Gwo Ka

Du lendemain matin, 17 septembre 1989, Lucien Comminges retient la vision lunaire d’une région dévastée et la solidarité qu’elle a déclenché..

Lucien Comminges, Chanteur de Gwo Ka

Ernest Moutoussamy, 78 ans, ancien maire de Saint-Francois et ancien député de la 2ème circonscription. Sa commune avait été durement éprouvée. Il nous raconte comment il a vécu le passage du phénomène et la leçon de vie qu’il faut en retenir :

Ernest Moutoussamy, ancien maire de Saint François

© P. Pétrine

Ernest Moutoussamy se rappelle d’une vision du néant au réveil mais aussi de cette chaine de solidarité qui s’est enclenchée et les enseignements tirés de cette expérience…

Ernest Moutoussamy, ancien maire de Saint François

© Document France-Antilles

Pierre Edouard Picord est journaliste et le lendemain du passage d’Hugo ; il est parti en reportage. Il a fait le tour de la grande terre,  il nous raconte ce spectacle de désolation et cette douleur perceptible des gens qu’il a croisé.

Pierre-Edouard Picord, journaliste

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête