guadeloupe
info locale

Internationaux Masculins de Tennis

tennis
Ligue de tennis
L’open de Guadeloupe en est à sa 6ème édition. L’épreuve monte en puissance. Le Président de la Ligue Guadeloupéenne de Tennis Christian Forbin et ses partenaires financiers ont présenté la compétition à la Presse.
Christian Forbin a choisi d’accueillir les représentants des médias au CREPS, aux Abymes. Dans la salle, le Directeur de la structure Charles Dumont et son Adjoint Patrick Fréville ont pris place, à l’arrière des journalistes.
A la table officielle, l’organisateur de l’open, Christian Forbin. Autour de lui Dominique Théophile, Président de la commission santé et sport à la Région Guadeloupe, Catherine Linel Directrice Marketing et Communication BNP Paribas Guadeloupe et Philippe Roquelaure délégué Régional Guadeloupe Grande Caraïbe sont face aux journalistes. Caméras et magnétos tournent, les flashs crépitent, tandis que le voile est levé sur les détails de cette compétition dotée de 100.000 dollars, classée 1ère dans la Caraïbe et 3ème en France en termes d’importance financière.
Le guadeloupéen Gianni Mina est invité et croisera la raquette avec des rivaux de haut, très haut niveau, à l’instar du prodige américain Fritz TAYLOR. Ce champion du monde junior est actuellement classé 80ème joueur mondial. Il a gagné 1000 places en l’espace de six mois et sera l’une des attractions du tournoi sinon l’un des vainqueurs potentiels. Mais en face il y a des opposants de qualité. Spectacle assuré. Le joueur le moins bien classé est 216ème. Avec les matchs en simple et ceux en double, ce ne sont pas moins de 23 nations qui seront tour à tour en prestation sur les courts du Centre de Ligue à bas du Fort du 4 au 10 avril. Mais dès les 2 et 3 les raquettes mettront les balles à mal pour les qualifications. Une sorte de mise en train.
A noter que la dynamique Violaine Bernardine est chargée des attractions sur le site. Tous les jours des jeux seront proposés aux visiteurs. Des billets d’avion et autres cadeaux utiles récompenseront les plus chanceux. A retenir aussi que l’organisation prévoit de délocaliser certaines activités à la Désirade, à Ste Anne et ailleurs au Gosier.

Voir 

 

Publicité