L’économie guadeloupéenne peine toujours à retrouver son rythme normal, d’avant crise sanitaire, selon l’IEDOM, l’Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer.

économie
Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe
Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe ©P. Robert
Même si nous avons connu un confinement de 55 jours en 2020, 2021 est certainement la véritable année du Covid en Guadeloupe avec les records du nombre de cas et de décès liés au Covid et les nombreuses périodes de restriction (confinement ou couvre-feu). L’activité économique du territoire s’en est ressentie. Mais paradoxalement, 2021 a été une meilleure année que 2020. C'est en tout cas ce que nous disent les chiffres de l’IEDOM

L’année 2021 a été particulièrement marquée en Guadeloupe par le retour de l’inflation à partir du 2nd semestre. Les prix de l’énergie ont sensiblement augmenté (+20%) et expliquent à eux seuls 82% de l’inflation en Guadeloupe en 2021.

Et l’inflation est et sera probablement le sujet économique de l’année 2022 en raison du conflit russo-ukrainien.

C’est l’un des enseignements de la synthèse annuelle publiée hier par l’IEDOM.

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy 

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy 

Mais paradoxalement, 2021 a été une meilleure année que 2020. Ce que nous disent les chiffres de l’IEDOM (l’Institut d’Emission des départements d’Outre-Mer).

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy 

synthèse annuelle 2021 IEDOM

IEDOM de Guadeloupe
IEDOM de Guadeloupe

2021 a été marquée par des vagues de restrictions toute l’année, des records de cas et de décès liés au Covid au mois d’août, et une crise sociale en novembre-décembre qui a achevé le moral des chefs d’entreprise.
Malgré tout, la plupart des secteurs se portaient globalement mieux en 2021 qu’en 2020.

La crise a été probablement amortie en 2021, en partie par un panel de mesures mis en place par le gouvernement comme le chômage partiel et le recours aux PGE, Prêts Garantis par l’Etat.

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Infographie IEDOM

Et au 1er trimestre 2022, le moral des chefs d’entreprises remontait légèrement. Pourtant 2022 s’annonce incertaine : inflation, confinement en Chine et donc baisse de la production et des exportations chinoises, pénurie de divers produits…

Et c’est le cas en Guadeloupe. L'Archipel connaît par exemple, une pénurie de bouteilles en verre 

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. 

Thierry Beltrand, directeur de l’IEDOM Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy

L’année 2022 s’annonce donc comme une année de transition pour l’économie guadeloupéenne avec un retour à une situation « normale » d’avant crise attendu pour 2023, d’après les acteurs économiques de la place.