L'Etat précise la hauteur de sa participation dans le cadre de la reprise de Corsair

transports
Corsair
Le montage financier qui va permettre de conclure l'opération de reprise de la Compagnie Corsair par un consortium d'investisseurs de l'Outremer, se précise chaque jour un peu plus. Un arrêté relatif à la participation de l’Etat est paru le 27 novembre : 80 millions sous forme de prêt.
 
Publié le 27 novembre au Journal Officiel, cet arrêté précise donc l’implication de l’Etat dans ce dossier. Elle s’élève à 80 millions d’Euros qui entrent dans le plan global de reprise de 300 millions. Mais il s’agit d’un prêt au profit de la Société Corsair, au titre du programme de fonds de développement économique et social
L’Etat interviendra-t-il également sous d’autres formes, par le biais également de mesures d’aides. à cette question Bercy n’a pas souhaité répondre et ainsi éclaircir l’engagement financier de 141 millions d’Euros au départ annoncés.
Dans cette opération financière la Commission Européenne a toutefois son mot à dire. En cas de validation de cette reprise, les groupes allemands « Intro Aviation » et « TUI » actionnaires à hauteur respectivement de 53 et 23 %, céderont la totalité de leur participation dans le capital de la compagnie aérienne, à ce consortium d’investisseurs antillais, le reste étant actuellement détenus par les salariés,.
Troisième transporteurs français après Air France et Air Caraïbes, Corsait emploie un milliers de collaborateurs.
 C'est le 17 décembre que l'on saura si l’offre de recapitalisation de Corsair est acceptée par le tribunal de commerce de Créteil.